13 mars 2015

Le jour où j’ai autorisé le téléphone portable en cours….

Par

_t_l_phone_portableVoilà, je me suis lancé dans cette petite expérimentation, j’ai sauté le pas et … bravé l’interdit du règlement! J’ai autorisé les portables dans mon cours!

Tout d’abord avant de parler de cette expérimentation, je vais (re)parler des problèmes DUDU et de ce que nous en avions amélioré.

I . Les problèmes DUDU : des avantages mais …

Les avantages.

LproblèmeDUDU3es problèmes DUDU sont nés il y a un peu plus de 3 ans. L’idée de base pour Julien et moi était de rendre dynamique les cours et pour cela on souhaitait changer de support. Passer du support papier au support vidéo nous est apparu une évidence : plus riche, plus dynamique, plus vite rattaché à la vie quotidienne.

On a rendu plus « accessible » les problèmes mathématiques, on rentre plus vite dedans, car il faut voir & écouter au lieu de lire & imaginer. Bref, les élèves aiment beaucoup  plus travailler sur ces vidéos que sur des supports papiers.

En outre pour nous, l’idée du défi nous a complètement séduit, on a tenté ce qu’on pensait être un délire.

Ce délire, il perdure depuis 3 ans, et franchement l’année prochaine les problèmes DUDU risquent encore d’évoluer, les projets bouillonnent actuellement.

L’inconvénient

ordi-groupeCes travaux de groupe ne se faisaient qu’en classe au début. Certains groupes ont émis le souhait de travailler aussi chez eux (au grand dam des parents qui devaient emmener les uns chez les autres).

On a donc réagit en publiant les vidéos sur les sites de nos collèges. Mais ça n’est pas vraiment pratique de bosser autour d’un ordinateur en groupe….

Ce que permettait le papier (étudier un problème en groupe autour d’une table) est plus difficile avec une vidéo car l’ordinateur prend de la place et parasite aussi la réflexion.

Première rustine

On a donc réagi rapidement avec mon frangin et on a conçu des applications portables pour Android, Firefox Os et Windows Live. (dsl on n’a pas de Iphone)

android-logowindows-phoneFirefoxOS_for_press_releaseOn leur a suggéré d’installer les applications sur leur portable et de travailler dessus.

En effet, le portable reste un objet peu encombrant et les élèves peuvent le mettre à plat sur la table et les élèves sont autour, ils peuvent se parler librement, écrire à côté … Le portable parasite nettement moins que l’ordinateur.  Bref, le travail est plus sain chez soi.

Et puis, on en est resté là jusqu’à ce mois-ci….

…Puis l’idée est venue naturellement.

Pourquoi ne pas généraliser le dispositif des portables au travail en classe?

En effet, je me suis retrouvé souvent à jongler avec les vidéos entre les groupes qui avaient terminé, ceux à qui il leurs fallait plus de temps etc….

Comment assurer une autonomie des groupes sur la progression des résolutions des problèmes DUDU?

Ni une ni deux je me suis mis en tête d’expérimenter cela en classe bravant l’interdiction d’utiliser  le portable en classe.

Ce dont j’avais besoin

Raspberry-PiJ’ai donc acheté de quoi faire un relais wifi au collège en achetant un Raspberry-pi (tant qu’à faire le dernier modèle).

En gros, j’ai connecté le raspberry pi au réseau du collège en filaire, et j’ai configuré el wifi pour qui fasse le « pont » (bridge) et donner accès à internet à ceux qui se connectait dessus (ce sera l’occasion d’un autre article plutôt technique, ici j’en reste plutôt à la réflexion).

L’expérience

Aujourd’hui, j’ai tenté l’expérience avec mes 4emes et 3eme.

Que dire? Cela a été génial (sauf pour les 3eme qui ont subit une défaillance de mon raspberrypi que j’ai laissé près du chauffage…. il n’a pas vraiment aimé)!

Les élèves étaient vraiment autonomes autour des portables.

Certains travaillaient sur le Problèmes DUDU6 d’autres les 7.

Le niveau sonore de la classe était vraiment plus bas. Effectivement en projetant la vidéo et en ayant le son sur les enceintes, pour communiquer il faut parler fort. Ainsi, le niveau sonore montait alors naturellement, alors qu’ici, c’était agréable, il était plus simple de se concentrer.

Bref, très content de ce résultat!!!

La douche froide… mais justifiée!

Tout content de cette expérience, convaincu que je tenais enfin une expérimentation qui tient la route, je suis allé voir ma principale adjointe, expliquant rapidement (peut-être trop) l’expérimentation, et avouant que j’avais autorisé malgré le règlement l’utilisation des portables.

Elle m’a dit qu’ils resteraient interdits.(Arg!)

J’en ai reparlé sur le chemin du retour (vive le covoiturage) avec la CPE de mon collège qui elle aussi était d’accord avec l’administration.

Après réflexion, je comprends le mauvais signal qu’envoie mon test.

Les défauts de cette pratique

Faire appel aux portables des élèves est plutôt une mauvaise idée, en effet :

On créé de l’inégalité entre élèves entre :

  • ceux qui ont le dernier cri des téléphones portables
  • ceux qui ont un appareil tellement vieux que ça ne fonctionne pas
  • ceux qui n’en ont pas.

On suscite le vol.

Notre collège est parfois sujet au vol de portable ( un ou deux par an), le fait que les élèves amènent leur portable (alors qu’ils doivent être éteints toute la journée) favorise les vols.

Il promeut l’achat de portable

On rend aussi légitime l’achat des portables auprès des parents qui n’ont pas fourni des portables et qui ne veulent pas en fournir.Car oui, il devient pédagogique.

Un objet privé peut-il avoir un statut pédagogique?

Bref, l’institution doit garantir l’accès à cette technologie en achetant ce matériel.

Moi personnellement j’y voyais un vrai gain : pas de maintenance à faire!

Comment rebondir?

Ce soir, j’en ai parlé avec mon frangin, et en évoquant tout cela, il m’est venu l’idée de proposer l’achat de téléphone (sans puce) pour regarder les vidéos.

Les ZTE par exemple coûtent 50€pièce, il m’en faut 6, cela revient à 300€ (juste le prix d’une seule tablette)….

Je m’en vais donc proposer cette idée à mes collègues de maths et l’administration.

Wait and see

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

5 Réponses

  1. Olivier Longuet - 14.03.2015

    Et la prochaine étape, les élèves font leur petit film avec leur téléphone pour expliquer leur démarche … Essaie pour voir, ça donne des résultats intéressants ( mais ca peut être chronophage )

    Sinon, je ne comprends pas tout à fait l’intérêt du portable, si c’est pour regarder une nouvelle fois le film, pourquoi n’autorises tu pas juste à regarder une nouvelle fois sur l’ordinateur du bureau ?

  2. Arnaud Durand - 15.03.2015

    En temps normal, la vidéo tourne en boucle en vidéo projecteur.
    Ce que je souhaitais c’est que les groupes puissent voir les vidéos d’après s’ils avaient terminés, qu’ils puissent aussi faire pause , revenir en arrière rapidement etc….. Ce que le projecteur ne propose pas puisque la vidéo est en lecture.

  3. karine - 15.03.2015

    Je comprends aussi bien ta volonté que les réponses qui t’ont été faites (je suis partagée entre les 2) et cela d’autant plus que dans la récente enquête du ministère concernant le numérique on nous demandait de nous prononcer sur l’usage des équipements personnels des élèves (et que ce soit un téléphone, une tablette ou un ordinateur cela pose les même problèmes d’inégalité, de vol etc). Il est par ailleurs à noter que cet usage est répandu en lycée (en tous cas vers chez moi).

    Nous avons donc posé la question au conseiller de bassin pour les nouvelles technologies. Lui, qui par ailleurs juge le texte -car il y a un texte officiel- obsolète (écrit à une époque où il n’y avait pas d’autres équipements répandus et où le portable servait exclusivement à téléphoner), a recommandé de s’appuyer sur l’interdiction du portable en tant que téléphone, non en tant que smartphone. Ma chef a accepté cet argument et c’est pourquoi j’ai par exemple pu autoriser les élèves à se servir de leur portable comme calculatrice lors d’une sortie en forêt.

    L’usage, et donc la présence, d’outils connectés en classe est une question qui va se poser de plus en plus. Une idée qui semble-t-il fait son chemin, serait une solution hybride: autoriser les élèves qui le souhaitent à utiliser leur matériel (ils le maîtrisent mieux et c’est moins cher) et en fournir aux autres. A suivre donc…

  4. Christophe - 17.03.2015

    Super expérience, j’apprends par la même occasion l’interdiction des portables. Est ce que c’est un texte national ? J’autorise sans savoir être hors la loi les téléphones comme calculatrice dans mes cours et evals.
    Pour la diffusion des vidéos au sein de la classe il me semble intéressant d’utiliser une bibliobox qui ne nécessite pas d’être connecté à internet. Sinon le coup du rasperry est pas mal j’attends avec impatience l’article technique 😉 . Pour le matos normalement en 2016 nos cinquièmes ont tous des tablettes ………..

  5. Arnaud Durand - 17.03.2015

    Salut!
    En fait, je prépare deux articles, l’un pour transformer le raspberry pi en passerelle internet, et l’autre en serveur local (type bibliobox ou piratebox), puis un petit article pour ajouter un interrupteur qui donne l’instruction d’extinction ou de redémarrage.
    Mais en attendant je pars en Angleterre today pour 6 jours donc wait wait wait wait ….

Laisser une réponse

Si le commentaire me paraît irrespectueux envers les médias que je propose, je me réserve le droit d'enlever les passages outrageants, si ceux-ci ne sont pas constructifs ou argumentés.Merci d'en tenir compte.
Aucune aide ne sera donnée pour les problèmes vidéos (sauf enseignants qui utilisent leurs mails académiques)!

Vous êtes un robot? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.