6 février 2017

Première intervention à l’ESPE … et un questionnement…

Par

Voilà! Vendredi dernier c’était ma première intervention à l’ESPE. Youhou!!

J’y allais déjà avec quelques appréhensions, en effet, en faisant une visite dans un lycée avec mes 3emes quelques jours avant, j’ai entendu dans la salle des profs « Oh mais c’est DUDU« … et bien ça fait drôle. En fait, aucun élève ni collègue ne m’avait appelé comme cela au premier abord (Bon bah maintenant mes collègues ayant entendu ça, ils m’appellent DUDU au collège, so great!), et de se rendre compte qu’en fait c’était potentiellement un stagiaire que j’allais revoir deux jours plus tard, ça m’a questionné.

Je n’étais pas un inconnu pour certains et je le serais pour d’autres, comment gérer cela au début?

Bref, de toute façon, j’ai mal géré mon début d’intervention, (gros gros craquage) j’ai sous-estimé le côté « bloc »  de professeurs qui écoutent silencieusement, on ne remarque pas d’approbation ou réprobation, rien, une sorte de « poker-face » sur leurs visages… Assez déroutant.

Je me suis donc bien craqué sur mes 2 premières diapos, l’une d’entre elles parlait de la différence entre tâche complexe et problème ouvert, à y penser je ne sais pas pourquoi je me suis forcé à mettre cela, parfaitement inutile…

L’intervention a décollé réellement dès le visionnage de la vidéo de Dan Meyer, avec après un petit travail sur des exercices pris dans des manuels qu’on devaient commenter. Certains stagiaires ont proposé des scénarii différents, et j’ai plutôt apprécié, un échange, un vrai. « ouf« .

Vient ensuite la présentation des problèmes DUDU, j’ai accroché certains stagiaires et les questions ont commencé.

Deux ont retenues particulièrement mon attention a posteriori.

Est-ce que cela pose problème auprès de mes élèves que vous vous mettiez en scène?

J’avoue, je ne m’y attendais pas, je voyais cela comme présenter une vidéo de quelqu’un d’autres un peu à la Alain Delon, j’y ai toujours mis beaucoup de distance. D’ailleurs je n’hésite pas à parler de moi en disant Arnaud et de mon frère Julien. En faisant cela, les élèves n’ont jamais changé  de comportement vis-à-vis de moi à la vue des vidéos, même mes collègues qui les utilisent, ça n’a jamais posé de problèmes… D’ailleurs pourquoi cela en poserait? Est-ce une mise en danger de ma part? Depuis 5 ans, je me suis jamais posé la question, et je n’ai jamais eu de problème…

Les vidéos c’est bien, mais bon faut travailler la lecture et puis les écrans ils en regardent trop…

Un beau tacle! Je sentais le ton vindicatif du stagiaire, ( sûr de lui-même qu’il ne testerait pas ces vidéos  après un mail de sa part, il s’en est défendu) … J’avais beau montrer que les vidéos sont plus riches que le texte, on en reste au problème de lecture et de la surconsommation des écrans. Même si cela reste une question légitime :

Comme si travailler 30′ de plus des mathématiques avec des textes, on allait :

  • résoudre le soucis de lectures de ceux en difficultés (car les autres qui n’ont pas de soucis, cela ne change rien de travailler moins de lecture…)
  • faire aimer les mathématiques à coup de romans à lire… (pourtant on avait critiqué un exercice de livre qu’ils avaient abondamment achevé en disant que ce pavé était indigeste)
  • ne pas créer de blocage pour entrer dans l’activité pour ceux qui ont des soucis de lecture…

Cependant je le redis, la question était légitime. J’ai répondu un peu à la provocation : Je préfère un élève qui fasse des maths plutôt qu’il essaie de lire sans faire de maths. J’aurai dû étoffer, mais je suis passé à autre chose. J’ai loupé peut-être un débat, mais j’ avais prévu d’autres contenus (sans nul beaucoup trop, mais je souhaitais parler de l’évaluation ce que je n’ai pas fait, mais ça, je ne le savais pas encore).

Ensuite pour respirer un peu, j’ai présenté les erreurs d’émissions, ça a fait mouche pour quelques stagiaires qui pensaient les utiliser. D’ailleurs on peut facilement les mettre en œuvre, en activité déclenchante ou activité rapide.

J’ai zappé ma carte mentale pour évoquer la richesse des problèmes vidéo, les avantages et inconvénients, je souhaitais qu’ils s’approprient les vidéos pour peut-être les tester et je voyais le temps filer….

Je les ai réparti en groupe pour bosser sur les problèmes que j’avais sélectionné, chose que je n’avais pas prévu, des stagiaires qui partent plus tôt pour des histoires de trains… Donc pas de mise en commun….

Bref, je n’ai pas pu parler de l’évaluation des production, du 3 acts de Dan Meyer, des débats dans le travail de groupe, des compétences à travailler.

En fait, j’ai prévu beaucoup beaucoup trop et pourtant j’avais écrémé, et bien tout simplement pas assez.

Sans nul doute, il aurait fallu que je prévois du concret.

Sans doute, j’aurais du utiliser comme porte d’entrée de la présentation, l’accroche dans l’activité mathématiques et non la tâche complexe en tant que telle. La vidéo de Dan Meyer n’était peut-être pas à visionner totalement.

 

Bref, pas mal de chose à corriger, mais sans pratique difficile de tout prévoir, je crois qu’il faut le vivre pour comprendre l’attente des stagiaires.

Emilie, la formatrice, m’a dit qu’elle ferait un retour.

De toute façon je les revois en co-animation avec Aurélien Piétot, et je crois que le débat sur la lecture pourrait y avoir sa place comme l’évaluation du travail en groupe et des tâches complexes… mais de toute façon on se voit avec lui pendant les vacances pour préparer notre intervention.

Wait & See.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

Une Réponse

  1. beillerot julien - 07.02.2017

    Bonjour

    J’aime beaucoup votre travail et m’en sert quotidiennement. Le début sur la lecture est stérile à mon sens, lire quelques lignes ne change rien, et apprendre à ne pas être un spectateur abruti du télévisuel est sûrement important aussi non ?

    Ce comportement « stagiaires joueurs de poker » m’a aussi vraiment surpris lors de formations organisées par l’irem de Dijon pour L’espe … Comment peut-on être si « neuf » et si plein de certitudes, si désabusé …. je crains pour ces jeunes collègues ! heureusement ces journées de formations des stagiaires sont aussi l’occasion de rencontres prometteuses, assurant la relève, au sens où je l’entends 🙂

    Continuez dans votre lignée, vous permettez aux élèves, et pas seulement aux vôtres, de vraiment faire des maths au lieu de les subir !

Laisser une réponse

Si le commentaire me paraît irrespectueux envers les médias que je propose, je me réserve le droit d'enlever les passages outrageants, si ceux-ci ne sont pas constructifs ou argumentés.Merci d'en tenir compte.
Aucune aide ne sera donnée pour les problèmes vidéos (sauf enseignants qui utilisent leurs mails académiques)!

Vous êtes un robot? * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.