Mois : novembre 2013

Pédagogie inversée … mon premier petit test

Avant les vacances, j’écrivais un article sur la Khan-académie, j’ai eu certains retours d’enseignants qui m’ont cru contre le numérique. Etrange, quand même là où je précise que j’ai créé deux vidéos pédagogiques sur les relatifs, et bien entendu sans même parler des  problèmes DUDU!

En fin d’article, j’informais que j’expérimenterai l’apprentissage par vidéo chez soi.

J’ai d’abord donné la vidéo à voir à mes élèves pendant les vacances de la Toussaint. La voici pour rappel :

Journée 1 :

Rentré de vacances, je pose la question fatidique : « Qui a vu la vidéo? »

La moitié de la classe seulement…Zut! J’ai donc dû revoir la vidéo (pas grave j’avais prévu quand même de la revoir).

L’engouement des élèves qui ont vu la vidéo pour cette dernière, m’a permis néanmoins d’avoir l’adhésion de facto du reste de la classe. (l’effet de groupe).

En regardant la vidéo, les élèves sourient, chantonnent le générique de western, rigolent sur les batailles, et le film se termine.

« C’est tout? C’est simplement ça les relatifs? »

Le résultat est convaincant, les élèves manipulaient déjà très bien le concept d’addition des relatifs.

L’expérience est complètement réussie, et je crois que ce sera une vidéo que je reprendrai l’année prochaine.

Une série d’exercices se poursuit sur des additions simples puis doubles ….

Journée 2 :

Je souhaite passer à la notion de nombre relatif décimal.

Je vocabulaire sciemment passe de « 5 jetons noirs » à « 5 négatifs » et de « 4 jetons blancs » à  » 4 positifs« .

Les élèves ne sont pas choqués, certains ne s’en rendent même pas compte.

Vient la seconde partie de cours, j’attaque une expression du type (+4) + (-1,5).

Le changement de vocabulaire facilite la transition :

« 4 positifs combattent 1,5 négatifs »

 » On regarde ce qu’il reste après le combat » (l’idée de la soustraction est sous-jacente et maîtrisée)

Je donne à voir le second opus.

Journée 3 :

Tous les élèves ne l’ont pas vu.

Je la revois donc avec eux, une fois puis une seconde puis une 3e fois en faisant des pauses.
Donc même si les élèves avaient vu la vidéo, je ne suis pas certain que cela aurait été efficace, ici, soit je conclue que la vidéo est mal faite, soit que l’utilisation de pédagogie inversée ne peut s’étendre à tous les concepts surtout quand ces derniers sont difficiles. Mais juger sur cette simple vidéo est hâtif.

La vidéo passe moins bien, l’idée de contrat est validé par certains mais pas par tous.

J’écris l’opération suivante :

(+4) – (-5)

A la phrase : « Je souhaite tuer (enlever) 5 négatifs, …« , tous les élèves savent et répondent en chœur qu’il faut « ajouter 5 positifs« .

Mais ils ne comprennent pas vraiment pourquoi « il faudrait le faire« .

J’explique par un retour aux mathématiques que l’addition a plein de vertus comme le changement d’ordre des termes.

Tous n’ont pas été convaincus.

On est entré dans la phase de déstabilisation (tant évoquée en IUFM) lors de l’acquisition d’une nouvelle notion, certains élèves peuvent décrocher. Il faut donc rassurer et faire attention à ce que l’on dit et être vigilent aux soupirs des élèves.

À force de pratique, de rappels, et d’entraînements, on a fini par y arriver. (2 semaines en tout pour ce chapitre).

Tous les élèves maîtrisent la notion.

Des petits cris du genre de guerre « Ahhhhhhh » quand deux termes du camps opposés sont à ajouter, s’entendent encore….

Epilogue

Une collègue m’a demandé la permission d’utiliser la vidéo.

Certains de ses  élèves avaient décrochés lors de la fameuse phase de déstabilisation, elle leur a montré la vidéo et certains se sont accaparé l’image mentale. Elle en a eu l’utilité non comme la pédagogie inversée mais plutôt comme une aide.

J’ai gagné un peu de temps avec mes élèves en leur montrant avant la vidéo, cependant j’aurais du mal à évoquer le gain réel précis.

La vidéo s’est révélé être un bon outil, l’expérience est à poursuivre. (je ne sais pas pour l’heure si j’aurais le temps d’en faire d’autres, les problèmes DUDU me prenant pas mal de temps)

Affaire à suivre ….

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

Problème DUDU 3 (saison 2)

Voilà le 3e problème DUDU de la saison 2.

Cet épisode est un peu spécial, il est basé sur une idée fournie par Vincent Deveaux, un  chouette professeur de mathématiques qui nous a contacté par email pour nous la proposer.Un grand merci à lui.

Dans cet épisode, également, sera présent un QR-code (Flashcode) qui permet de télécharger un élément du film.
Ce QR-code pointe vers ce lien.

Vraisemblablement, ils auront 3 semaines pour le résoudre.

Télécharger (flv)
Télécharger (mp4)

Cette vidéo est sous licence creative common BY-SA.

Toujours la musique de Löhstana David sous licence Creative Commons (usage commercial sur demande)

L’épisode précédent

La série complète sera disponible ici

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

La course aux nombres : un concours très court

 

Voilà qu’un jour, je reçois un mail d’un prof que je n’avais revu depuis … 10 ans, à l’époque nous n’étions que des étudiants.

Gwendal me donne quelques nouvelles (il est parti en Afrique pour enseigner là-bas via l’AEFE), et aussi une activité de l’AEFE qui me titille.

Tout d’abord je vais faire cet effort de la présenter et fournir quelques exemples que Gwendal Haudebourg a pu m’envoyer en changeant quelques données afin de ne pas diffuser ses vrais sujets (pour cette année) qu’il m’a donné.

I. La course aux nombres, c’est quoi?

Le principe est de calculer mentalement dans l’ordre le plus d’expressions numériques possible. Cette épreuve, on le devine est individuelle. La durée de cette épreuve est très courte, 7 minutes seulement.

Je me dis qu’on ne perd pas grand chose à l’essayer.

L’intérêt pour moi de cette idée est triple :

  • Favoriser l’entraînement au calcul mental par le biais d’une compétition
  • Créer un événement mathématique au collège
  • Cette compétition peut être inter-établissement très facilement.

Tout d’abord voici un exemple d’entraînement fourni par l’AEFE :

Voir en plein écran

Bien entendu, ici, on ne peut que reprendre le principe de ce concours car ce dernier n’est réservé qu’aux établissements français situé à l’étranger.

Mais pourquoi ne pas faire sa propre épreuve?

II.Faire son propre concours.

Voici la maquette d’une fiche concours fournie par l’AEFE (téléchargeable ici).

Voir en plein écran

Cependant j’ai mieux à vous proposer :

Gwendal dans sa grande gentillesse, m’a remis de quoi faire des vrais sujets en Latex. Les sujets sont vraiment plus jolis, plus professionnels.

Voilà ce que ça  donne :

Voir en plein écran

Je vous donne les sources du sujet qui sont libres ici.

Pour compiler les fichiers après avoir installer Latex (texlive), il suffit de taper « pdflatex exemple_de_sujet.tex »

Cette année, je vais la proposer à mes collègues,

si elles acceptent, un petit concours devrait naître à Bellevue.

A venir…..

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons