Les « dys »

Cette semaine, une maman d’élève par l’intermédiaire d’une collègue a déposé en salle des profs un document sur les « dys » . Cette maman a deux enfants souffrant de dyslexies, elle est vraiment engagée dans ce combat pour mettre tout en œuvre pour aider ses enfants et les autres.

 

Le document est hyper intéressant (libre de diffusion pour une utilisation non commerciale), écrit par une femme professeur de Lettres, elle-même dyslexique. Ce livret m’a permis de me rappeler et d’expliquer des situations que j’ai connu avec des élèves dyslexiques :

Par exemple, qui n’a pas été décontenancé par des questions où la réponse était évidente?

Expliquer l’évidence, tâche ardue, surtout pour nous, experts, qui avons rarement eu de problème dans notre discipline.

Par exemple  Celia Guerrieri l’explique par le fait que la logique d’un « dys » n’est pas forcément la même que la nôtre ou d’une personne « normale » … L’évidence pour nous n’est donc pas évident pour lui.

 

Par exemple, elle décrit  un élève qui au lieu d’utiliser les guillemets (la touche  ) pour écrire un dialogue, l’élève en question lui utilise la touche    et écrit << Toto reviens >> . Pour lui, il est invraisemblable que la touche puisse fermer et ouvrir un dialogue :

Pensez donc ! Pour les parenthèses, on a bien deux touches différentes, une qui ouvre les parenthèses et l’autre qui la ferme!

Le document s’axe surtout pour les dyslexiques, j’aurais aimé une présentation plus détaillé sur les dyscalculiques, mais ce document m’a permis de lancer une réflexion personnelle sur le sujet ainsi qu’à  quelques collègues.

Je me retrouve dans ce document surtout en ce qui concerne la recherche d’outils de contournements des difficultés (qu’elles soient dû à une dys ou non) : diversifier les explications, les moyens de communications pour aider le maximum d’élèves.

Mais avant de vous donner cette pépite, je vais vous donner un exercice pour se mettre à la place d’un élève dyslexique…

I. A la place d’une personne dyslexique

Exercice de calcul

 

Monsieur etma damare novon deupari achameau nit. Ladisten cet deux 600 Km lavoix tureconsso me 10 litr rausan quil aumaître. Ilfocon thé 18€ deux pé âge d’aux taurou tet 8€ dere papour désjeu néleumidit. Les sens kou tes 1€ leli treu ilpar ta 8 eureh. Kélai laconso mas siondes sans ?

Quélai ladaipan setota lepour levoiaje ?

Vous êtes en CE1, résolvez ce problème en moins de 10 minutes.

 

Vous avez mis plus de 10 minutes ? Alors c’est 0 en calcul !!

Solution : Monsieur et Madame Renaud vont de Paris à Chamonix. La distance est de 600 km et la voiture consomme 10 litres aux cent kilomètres. Il faut compter 18€ de péage d’autoroute et 8€ de repas pour déjeuner le midi. L’essence coûte 1€ le litre. Ils partent à 8 heures.

Quelle est la consommation d’essence ?

Quelle est la dépense totale pour le voyage ?

Exercice de lecture

Lisez ce texte :

Vous savez lire et pourtant vous mettez beaucoup plus de temps !

Et maintenant, imaginez un presbyte. Il sait lire, seulement si on lui enlève ses lunettes, il n’y arrive pas, il lui manque l’outil.

Voilà, vous pouvez imaginer ce que ressent un dyslexique face à un exercice ou encore un texte. Un dyslexique n’utilise pas les mêmes méthodes de compréhension, pourtant il comprend comme vous et moi.

source : http://www.apedys.org/dyslexie/article.php?sid=296

II. Le livret pour l’enseignant

Voici le document :

Voir en plein écran
source : http://www.apedys.org/dyslexie/article.php?sid=296

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Nouvelle section : les problèmes ouverts

Voilà une nouvelle section du site est ouverte!

Cliquez sur l'image

J’y ai introduit des séquences d’images et de vidéos utilisables pour des problèmes ouverts.

Le site 101questions.com m’a pas mal aidé, il y a un peu de tout, j’en ai pris ce qu’il me semblait bien.

Cette section grandira, sans doute complétée par mes photos et mes vidéos. Et oui! J’ai le virus, je me promène avec mon appareil photo dans la poche….

Un exemple d’image de la section :

Combien de tickets y-a-t-il?

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Un an déjà! Dan Meyer et le lifting des cours de maths

Le blog souffle ses bougies,  enfin, sa bougie. 1 an!

J’en souris, car j’appréhendais un peu lorsque j’ai fait les premiers billets. Puis j’ai suivi d’étonnements en étonnements, petit-à-petit, le nombre des lecteurs augmenter passant de 10 visiteurs par jours à un peu moins de 100 visiteurs en  moyenne par jour.

J’en souris, car surtout je ne m’y attendais pas…

Pourquoi ce blog?

J’avais envie de partager mes expériences, mes choix, mes réflexions, le travail auquel j’ai participé dans mon collège avec mes collègues disciplinaires  (Mme Peuvrel et Mme Méchin, « Merci chères collègues!« ) et transdisciplinaires. Si les expériences ont lieu, c’est aussi grâce à eux. Pour un projet, il faut une équipe et quelle équipe on a dans mon collège! Il suffit de voir le rallye scientifique ou le projet BREF.

Cette année, j’ai fait la demande pour partir travailler en Italie, si elle doit être acceptée, j’aurais vraiment des regrets de quitter ce collège. (Mais bon, Florence est une belle ville, non?)

Bon, passons. Je vais vous présenter une vidéo de Dan Meyer, un enseignant génial, créatif et inventif. 

II. La vidéo

Cet enseignant propose une critique des exercices présents dans le livre . « moui, bof » me direz-vous, « on le sait que c’est pas génial génial » attendez donc la suite…

Il propose une analyse détaillée  des erreurs des livres américains (que l’on confondrait avec les nôtres) , de l’effet « zapping » (« j’arrive pô tout de suite donc je change d’exercice« ) et livre une activité basée sur la vidéo qui donne « envie » de faire des mathématiques.

D’ailleurs mon frangin et moi avons prévu quelques tournages cet été pour créer un fil rouge « problème ouvert »…

Bien entendu, il fait l’apologie des problèmes ouverts, en faire c’est bien! Dommage qu’il ne prenne pas de recul sur les exercices basiques. Ces derniers servent aussi à créer une empreinte mnésique chez l’élève : « ah oui, c’est la configuration de Thalès qu’on voit!!« . On pourrait croire qu’il n’en faut plus.

L’humour est au rendez-vous. Régalez-vous!

Voici la vidéo :

Source : http://www.ted.com/talks/lang/fr/dan_meyer_math_curriculum_makeover.html

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons