La calculatrice de Numworks : le test…

Youp, pour cette nouvelle année, un nouveau thème. Un nouvel article de test sur la calculatrice de numworks, et tout bientôt, on va lancer le concours pour en gagner une !

J’en avais parlé, il y a quelques temps déjà. J’avais prévu de refaire un article une fois des mises à jour proposées par Numworks, c’est chose faite, donc je m’y mets.

Déjà, voilà la bête, un design épuré et sympa avec un petit port mini-usb pour charger la calculatrice et la mettre à jour.

La calculatrice est légère et facile à prendre en main. Les couleurs dominantes sont chouettes jaune, noir et blanc.

 

Alors voici les différentes parties du menu.

I.Le calcul

C’était la bête noire lors de la première utilisation, c’était un vrai frein pour moi à l’utilisation par un élève et par un prof d’ailleurs, j’avais laissé la calculatrice de côté, mais j’ai regardé régulièrement les mises à jour, jusqu’à avoir celle promise qui réglerait tout!

Le calcul fractionnaire et avec les racines a été implémenté et même cerise sur le gâteau le calcul littéral (bon il manque la factorisation et développement double, mais la réduction et développement simple sont implémentés! )

On remarquera que la calculatrice propose directement l’affichage de la valeur exacte et de la valeur approchée (en grisé) ! C’est carrément mieux que ce que propose casio et TI (pour ne pas les citer) où l’on doit utiliser une touche pour accéder au résultat approché ou exact.

Bref, l’utilisation ici est aisée et claire.

Aussi on a accès avec la touche en forme de tampon à des options pour des calculs plus complexes : matrices, dénombrements , nombres complexes, arithmétiques,  intégrales … Oui, c’est ici plutôt très complet!

Seul petit bémol pour le collège, l’utilisation du « . » pour symboliser la multiplication. Le « undef » apparaît au lieu de « indéf » pour indéfini.

Bon, c’est mineur, et on est dans le chipotage, hein!

II.Fonctions

Ici, aucune amélioration notable, en fait ça marchait déjà très bien avant.

On ajoute des fonctions dans le premier onglet, ensuite on a le choix pour l’affichage graphique ou tableur. Pratique et simple.

III. Statistiques

Alors là, c’est pareil, on n’a pas eu d’amélioration notable, l’utilisation de ce module est plutôt simple à l’aide des 4 onglets qui permettent de switcher entre les différentes représentations de la ou des séries statistiques : Données, Histogramme, Barre,  éléments caractéristiques.

Seul tout petit bémol, pour moi avec la représentation de l’histogramme, on aurait pu aussi avoir la représentation en bâtons… Ça manque un peu… mais on chipote toujours, en prenant des classes relativement étroite, on arrive à un diagramme en bâton facilement.

En tout cas, d’avoir les éléments caractéristiques en toute fin, je trouve ça plutôt très bien pensé.

IV. Probabilités

Bon sur ce module, je ne vais pas m’étendre, je suis pas assez calé sur le lycée pour pouvoir dire si c’est suffisant.

Au premier abord, ça m’a l’air complet et simple d’usage.

La représentation graphique est systématique et on visualise à chaque fois la probabilité que l’on calcule. C’est chouette.

 

V. Suites

Ici, on retrouve la quasi-même interface que celle sur les fonctions sauf que pour définir les suites, on a le choix entre la définition directe ou par récurrence d’ordre 1 ou 2. On a ensuite accès au graphique et au tableau de valeurs.

Bon quoi dire à part que ça marche bien ?

VI. Droite de régression

Bon bah là, ça me paraît simple d’utilisation, on note les cordonnées de chaque point et paf! On a la droite en allant dans l’onglet graphique et on a accès aux caractéristiques de cette série dans un autre onglet.

Easy! Simple et efficace, non?

VII. Python

Bon cet onglet a plutôt bien évolué depuis la mise en place d’une version bêta au premier coup.

Mais je crois qu’il reste encore du travail, mais vu comment ça évolue, je me dis qu’ on va bientôt arriver à quelque chose de super pratique rapidement.

Alors on a maintenant un menu qui nous permet de créer divers fichiers pythons que l’on peut exécuter séparément.

Bon les améliorations que j’aurais aimé avoir :

  • La fonction de complétion automatique, en gros je tape le début de la commande et on me propose la fin.Comme par exemple :  lorsque je veux taper ‘mandelbrot(8)’ , je n’ai qu’à taper ‘mand’ pour me voir proposer ‘mandelbrot(‘.

Ce serait plus pratique car là il faut reconnaître que coder sur la calculatrice, c’est un exercice difficile.

  • Le clavier n’est pas très pratique et l’écriture jaune pour les lettres n’est pas un très bon choix, on peut avoir du mal à les lire. (enfin en tout cas moi, j’ai du mal! Qui a dit que j’étais vieux?!)
    • Devrait changer à la rentrée (réponse de Numworks)
  • On pourrait aussi attendre une interface pour uploader les fichiers python de l’ordinateur vers la calculatrice.

 

 

 

VIII. ParamètreS.

Bon ici rien de bien sorcier

Mode examen , nombre de chiffres significatifs (nouveauté) …

Bref, simple.

IX.La mise à jour.

Une méga nouveauté, on peut mettre à jour, sous linux windows et mac, via le navigateur (google-chrome ou chromium oblige par contre).

On branche la calculatrice, on fait un reset et on lance l’update sur notre compte numworks.

 

X. Conclusion

De très belles avancées qui rendent cette fois-ci la calculatrice parfaitement utilisable au collège, pour le lycée je me prononcerai moins car la programmation python pour moi n’est pas encore assez avancée, mais force est de constater que ce système de mise-à-jour pour calculatrice est une idée révolutionnaire! C’est la force de ce projet!

 

Et vous vous en pensez quoi?

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

9 commentaires

    1. Si, et je pèse mes mots, car elle est aussi utilisable directement au lycée après. En fait, je suis toujours surpris qu’on demande 2 calculatrices dans le cursus, pourquoi ne pas en acheter une simplement?

  1. Mouais, pas convaincu qu’un élève entrant en sixième garde la même calculatrice pendant 7 ans (même si l’idée est bonne, j’en conviens).

  2. La même mais en RPN !
    Je n’ai pas trouvé d’option pour passer en RPN et, depuis ma première calculatrice HP il y a 35 ans, je suis incapable d’utiliser autre chose.
    Merci pour cette revue.

  3. Je l’utilise moi même en lycée, et c’est véritablement agréable, seulement je rencontre quelques difficultés, comme l’ecriture de la lettre « n » et « t »… Dommage car aucun moyen de trouver comment les faire.

  4. Le PRN est +/ – en projet
    La touche n et t je n’ai pas trouvé en direct sinon alpha n ou alpha t
    mais c’est une super machine et la mémoire pour Python a été multipliée par 4 (version 1.8.1)

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code