Catégorie : vie d’enseignant

L’égalité de Pythou, quand l’IREM-Tice se prête au jeu…

Bonjour à tous !

blank

Christophe Auclair (que tout le monde doit connaître avec ses applications de fou) m’avait contacté, il y a un mois tout juste (le 20 mars), pour savoir si la C2iTICE de l’IREM pouvait agrémenter les vidéos de la série « l’égalité de PYTHOU, ça vient d’où? » de documents ressources pour aider les élèves comprendre les différentes démonstrations.

J’ai trouvé l’idée franchement excellente !

Ils ont déjà publié pour les 4 premiers épisodes et franchement c’est bluffant, une interactivité qui permet d’être actif dans la compréhension des démonstrations !

C’est un boulot excellent et franchement bien fichu. Voilà de quoi aider nos collégiens et lycéens de se glisser dans la peau de mathématiciens prêts à en découdre avec le théorème de Pythagore !!

blank

Alors en plus comme c’est un livret géogebra c’est facilement partageable dans des classrooms!

Tout est disponible là et est amené à évoluer en fonction de l’arrivé des épisodes!

https://www.geogebra.org/m/j7w9ynhx

Ah oui, la semaine prochaine, mon frangin sera à l’honneur avec sa démonstration du théorème de Pythagore!! 🙂

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Laby-Div, le générateur de labyrinthe sur la divisibilité

Bonjour à tous !

Voici un petit générateur (un peu comme celui sur les pyramides de calculs avec les nombres relatifs) sur les critères de divisibilité.

Par exemple, ci-dessous trouver le chemin qui relie les deux cases, sachant que l’on ne peut se déplacer que sur des cases dont les nombres sont divisibles par 5.

blank

La solution :

blank

Pour générer à la volée des grilles de différentes tailles sur des nombres divisibles par 2,3,4,5,6 … c’est par ici :

https://mathix.org/labydiv

blank

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Mathix est sur l’année de ses 10 ans ! MERCI !

10 ans déjà !

Pfiou et dire qu’à l’époque j’étais content d’être lu par 10 personnes par jour, maintenant on est plutôt sur les 6000 à 8000 visiteurs uniques par jour. Donc déjà un grand merci pour cet intérêt à vous, c’est un soutien de poids qui m’aide tant par vos retours et vos remontées de pépites ! MERCI !

Pourquoi ce blog?

Mais à vrai dire quand j’ai lancé ce blog, c’était pour m’entraîner à communiquer mes réflexions, cela faisait suite à ma seule inspection que j’ai eu, il y a donc 10 ans. L’inspecteur de l’époque venait me visiter avec la ferme intention de me dire stop au projet Scolatix (projet qui s’est arrêté seulement il y a 2 ans, soit 8 ans plus tard), car il pensait à tort que je faisais quelque chose qui existait déjà et après 2h d’entretien (imaginez, j’étais T2, j’étais dans des préfabriqués, les élèves qui sortaient de cours me voyaient discuter avec lui comme s’ils visitaient un zoo, là j’en souris, mais à l’époque c’était autre chose).

blank

Bref,le premier point qui m’avait marqué c’était l’honnêteté de l’inspecteur de me dire que pendant l’entretien qu’il avait fait avec la principale, il lui avait signifié qu’il me demanderait d’arrêter le projet scolatix (qui avait démarré quand j’étais T1 et qui avait reçu un accueil glacial dans un séminaire organisé par la MIVIP ancien nom de la CARDIE) et maintenant de me confirmer qu’il s’était trompé et qu’il m’inviterait au contraire à un GRAF sur l’évaluation par compétences.

Boom, un vrai chaud-froid-chaud. Mais ce que j’avais retenu, c’était sa réflexion sur le fait que sur mon site scolatix, il n’y avait aucune communication claire sur la réflexion pédagogique engagée qui menait donc à des a priori négatifs. Bref, j’avais mal communiqué.

Donc décision prise quelques mois après, je lance un blog, je communique sur ce que je fais, je partage et j’échange. Je m’étais dit que si c’était mauvais, je le saurais assez tôt et que cela me ferait évoluer.

blank
Premier logo du site

Je n’attendais pas forcément de reconnaissance même si ça fait plaisir, ça me gène le plus souvent car je ne suis pas expert en quoi que ce soit, je me sens encore très jeune dans le métier, je cherche juste à valider ce que je fais ,à avoir des échanges avec des collègues qui me permettent d’aller plus loin sans être trop lourd.

Pour mes collègues d’hier et d’aujourd’hui (dont une qui m’a connu depuis tout temps, 12 ans! ) je n’avais pas envie d’être « lourd », travailler en équipe demande aussi parfois de la retenue je pense, cela ne veut pas dire que j’évite de parler de mes réflexions, je le fais moins et j’écoute aussi, le seul que je n’épargne pas c’est mon frère (mais l’inverse est aussi vrai pour lui 🙂 )

blank
blank

Et puis les problèmes DUDU ont fait décoller le site avec quelques personnes qui ont communiqué sur la toile en faisant référence à mathix.org , je parle de @Redillon75 et @fl_eau. Merci à vous deux, mes tous premiers supporters !

blank

Un merci à mon frangin, car il est vrai parfois on s’engueule comme du poisson pourri (c’est moins vrai maintenant..) , je me souviens il y a 6ou 7 ans d’un coup de fil où l’on a dû se raccrocher 3ou 4 fois au nez en se rappelant aussitôt pour s’insulter copieusement, théâtral ! Tout ça pour … du travail sur les problèmes DUDU :). C’est mon premier critique, il se dénigre beaucoup tout seul alors qu’il fait un travail de fou avec ses élèves.

Et puis ensuite, j’ai connu diverses personnes Yvan Monka par son site et ses déboires avec son hébergeur il y a quelques années, Claire Lommé (que j’ai eu le plaisir d’inviter chez moi), Guillaume Caron (et son number Speed, ses ceintures et ses classes coopératives) Olivier Longuet (qui a dessiné nos BDs, un vrai boss) …

Faire la liste de vous tous serait impossible, surtout que je reçois aussi de nombreux mails (de 1 à 10 mails par jour). Beaucoup de remontée d’erreurs d’émission, de réflexions, de critiques constructives… Je prends le temps de lire vos mails que vous m’envoyez, j’essaie de répondre à 100% des mails, parfois ça prend du temps, parfois je les lis en me disant que je répondrais plus tard et… j’oublie. Navré si c’est le cas, mais cela prend un temps certain qui grignote sur le temps de travail et le temps personnel…

Merci à ma p’tite femme aussi, car elle me voit beaucoup bosser et me permet aussi d’assouvir ma passion qu’est mon métier, elle a vu également le temps s’allonger sur le travail pour ce site. Elle n’est pas du tout dans l’Éducation Nationale, ça lui a demandé de l’écoute et la compréhension, ce qu’elle fait tous les jours !

blank

Merci aussi au coin des profs de maths sur facebook, un groupe précieux que j’ai intégré il y a un ou deux ans. Ici, les retours sont instantanés parfois houleux, mais toujours très constructifs. Bravo à l’équipe d’administration entre autres Bruno Lambert, Thomas Sergent, Marie Shug si vous me lisez 🙂

Merci à Coopmaths récemment découvert et dont les échanges commencent doucement à me titiller niveau programmation, votre boulot est dantesque! Merci Jean-Claude Lhote et Rémi Angot!

Bref, merci à vous tous, à vos projets, vos réflexions qui nourrissent les miennes! Merci pour votre joie communicative (un petit clin d’oeil à Juliette Hernando , à Fred’ Piou aussi ) , Merci pour tout !

Merci à mes collègues de mon collège qui me supportent au quotidien, et parfois je sais que je peux être un tantinet « lourd », merci pourtant nos échanges me portent.

Merci à mes petits élèves aussi, hein car sans eux et bien … y aurait pas grand chose ! Et puis ils sont rigolos car ils critiquent toujours avec bienveillance (plus ou moins adroitement).

Et j’espère bien continuer ce site, je crois qu’il était temps de vous remercier aussi chaleureusement que possible!

MERCI et bonne année!

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Galerie Vidéo passe en v2

Enfin ! Ce projet m’aura pris un temps fou.

blank

voilà l’intégration des vidéos sur youtube est présente dans la galerie-vidéo. (pour l’instant tous les liens ne sont pas faits, seuls les problèmes DUDU et la majorité des PO sont faits).

En somme ça change quoi?

Et bien, moins de bande passante pour mon site qui sature beaucoup ces temps-ci. Donc au lieu de regarder sur mon site, c’est youtube qui s’en chargera, toutefois pour les vidéos qui auront été refusées par youtube (y en a beaucoup) celles-ci seront visionnable comme avant via mon site!

Bref ! Juste ne soyez pas surpris !! 🙂

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Faire des tutos « youtube » pour la classe ?

Bonjour à tous !

Voilà une petite rétrospective de cette période propice au distanciel !

Force est de constater qu’il a fallu trouver des outils pour diffuser du savoir de manière intéressante sans être chronophage. On a tous eu l’idée de faire des vidéos (sans forcément sauter le pas), d’ailleurs j’en ai fait beaucoup, avec openboard et redécoupage de la vidéo avec kdenlive et enregistrement du son a posteriori. Ces vidéos étaient rapides et efficaces mais terriblement longues à produire.

J’ai donc cherché des outils qui permet de se filmer en train d’expliquer et qui génère une vidéo rapidement. L’idée étant de gagner du temps (je garde mes enfants et ma femme n’est pas à la maison en télétravail, mon laps de temps de travail est le soir et 2 h en journée.)

Cet outil, je le connaissais depuis longtemps de nom, j’ai donc sauté le pas.

Voici le bien nommé OBS-STUDIO.

https://obsproject.com/assets/images/new_icon_small.png

Le logiciel est gratuit et téléchargeable ici.

Cet outil est rapide et plutôt simple à mettre en œuvre, ce qu’il y a de chouette c’est qu’on peut faire une utilisation basique mais il propose aussi si l’on creuse un peu, plein de possibilités.

Voici mon espace de travail :

Comme on peut le voir, j’utilise 2 caméras, celle de mon ordinateur portable pour me filmer et une caméra-document qui permet de filmer en angle large les « documents ». Bien sûr une seule caméra suffit (la caméra document mais si l’on possède une deuxième autant voir notre visage…)

Ici, je filme sur des feuilles blanches et j’écris. J’ai tenté l’ardoise blanche, les crayons que j’ai disposition sont gros et donc automatiquement j’écris gros, je perds de la place.Et pour les constructions géométriques le papier est indispensable.

L’outil permet d’enregistrer aussi le contenu de l’écran et donc on peut mettre des animations (comme on le ferait en cours) et on peut passer du mode « je filme la caméra » au mode « je filme l’écran » pendant l’enregistrement. (on passe d’une scène à l’autre et inversement)

Précision il n’y a pas besoin forcément de 2 écrans, un seul suffit !

Voici une vidéo d’explication :

Que faire en vidéo?

Alors mes conseils et mes impressions et tout ça en vrac !

La webcam qui nous filme ? Je pense que c’est utile que les élèves voient notre tête, inconsciemment cela recréé l’atmosphère du cours, le professeur parle à l’élève. Juste d’entendre l’enseignant, facile de détourner le regard et faire autre chose. Ca n’a l’air de rien, mais je crois fermement que ça créé une meilleure communication avec l’élève (ça ne vaudra jamais un rapport réel, bien au contraire)

Quel contenu ? Préparer le contenu, ce qu’on va dire et écrire. Parfois en classe on s’autorise à des digressions, là il faut être rapide et concis, plus une vidéo longue plus on a de chance que l’élève arrête.

On n’hésite pas à couper. Mieux vaut plusieurs petites vidéos bien identifiées qu’une seule grosse avec pleins de sujets différents. En plus, si vous ratez et bien vous n’aurez pas à tout recommencer…

Pour les outils de géométrie ; Pour la manipulation des outils de géométrie, faire attention avec le compas, on a tendance à le tenir par le sommet et donc on cache la caméra….

Laisser la possibilité aux élèves de ne pas tout regarder . Ne pas hésiter à dire en vidéo de moments où les élèves ont droit de lâcher, par exemple : « voici des exemples pour illustrer la notion, ceux qui ont compris vous pouvez arrêter la vidéo maintenant et faire les exercices que j’ai mis en plus »

Attention à avoir un bon micro. Un son trop bas, ou qui grésille, soyez certains que les élèves ne regarderont pas.

La regarderont-ils? Soyez rassuré.e qu’ils ne seront pas tous à les regarder! Voilà, comme d’ailleurs tout les élèves ne vous écoutent pas en classe avec l’attention qu’il faudrait.

Passons au concret, KOMENKONFÉ !

Voilà une petite vidéo qui explique les bases pour utiliser OBS-STUDIO (un seul écran).

Quelques exemples vidéos. que j’ai faite sans prétention, elles ne m’ont pris en temps que le temps de tournage et 4 minutes pour la mettre sur youtube.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Explosion du nombre de visites …

Bon bah, voilà il fallait s’y attendre !

Avant j’avais chaque jour, entre 3 000 et 5 000 visiteurs pour environ 15 000 pages vues.

Là, ça a décollé un truc de fou depuis lePI-DAY ! Bah, je crois que le confinement y est pour beaucoup !

D’ailleurs un petit problème de mathématiques s’impose.

Quel est le pourcentage d’augmentation du nombres de visites et du nombres de pages vues ?

blank

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Et si à dire que 2+2=4, on nous disait qu’on ne pouvait pas dire ça aux élèves?

blankC’est sur cette idée que ce petit court métrage démarre!J’adore! C’est parodique à souhait!

Il se nomme :

Alternative Math

Sur une semaine, un enseignante se voit refuser l’idée de corriger un élève sur le fait que 2+2=4 et non 22 comme l’élève l’indique. L’administration, les parents, les médias se liguent contre cette enseignante qui, elle, ne renie pas les mathématiques.

On y retrouve les rouages d’une administration qui fait pression à la manière d’Orwell (1984), avec l’arrivée des médias etc.

 

Idéal pour terminer ce petit weekend estival (#AUTOMNEMISSING)  Bon visionnage! 😉

Pour activer les sous-titres, c’est par là dans le lecteur-vidéo: blank

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Les Journées Nationales de l’APMEP, vous vous rappelez?

Youp! Belle surprise ce matin!! Quand je fulminais contre mon raspberry-pi, j’ai la poste qui m’a livré une enveloppe cartonnée!

Olivier Longuet m’en avait parlé, m’avait envoyé un texto et j’avais oublié ! 🙂

J’ai donc reçu un courrier de la part de l’APMEP, ouah mais qu’est-ce que c’est….

blank

Et oui, on a bossé (enfin plutôt et surtout Olivier) ensemble, mais je n’avais pas le droit d’en parler. 3 mois à attendre! AHhhhhhhhhh!

Bref, là j’en parle car le numéro de Au Fil Des Maths est sorti. Il y a, dans les premières pages, une Bédé faite par Olivier Longuet qui reprend un des articles du blog en images, c’est vraiment super chouette!

Voici quelques extraits que j’ai flouté légèrement pour pas causer du tort à l’ouvrage, commandez-le!

blank

Je ne résiste pas à publier une case qui m’a particulièrement fait rire, car elle reflète vraiment ce que je pense de Claire Lommé et comme en plus elle est fan de Jeu de Rôle, c’est particulièrement bien trouvé.

blank

  • Merci en tout cas à l’APMEP, ça me fait rappeler que je voulais m’abonner donc zoup zoup faut que je le fasse!
  • Merci Olivier t’es un vrai killer sur le dessin et tes touches d’humour sont chouettes!

A feuilleter cette revue, il y a des articles intéressants comme le « problème de Papy Michel » (sur le paradoxe de l’anniversaire), « la différenciation avec les intelligences multiples » et « Fourier : une équation un inconnu » (j’adore l’histoire des maths!!).

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

En vacances!

Youpla! Bon bah, voilà, les vacances bien méritées ont débutées. Les articles vont être un peu plus rares ces vacances-ci. Je crois que des pauses sont nécessaires pour se ressourcer, avoir de nouvelles idées…

Bon malgré tout ça, voilà une information de taille! Avec Ju’, on a prévu de tester de nouveaux formats sur les problèmes DUDU (d’ailleurs certains sont déjà montés), donc l’année prochaine, on trouvera :

  1. les PBDUDU classiques (2 minutes de vidéo : un problème).
  2. les vidéos interactives où faut cliquer pour déclencher d’autres vidéos afin d’avoir des informations utiles, un test qu’on a fait et qu’on trouve plutôt convaincant notamment sur la compétence « chercher » (l’élève devra se demander ce dont il a besoin, ce format risque d’être prépondérant car moi je l’aime bien, mais il demande plus de travail …)
  3. les problèmes vidéo flash type « Mytho pas mytho »,  un problème vidéo de moins de 30s.

Ce sont des nouveaux formats qu’on va proposer en plus du trailer de la saison 7. (7 ans déjà!!)

Le livret de 6eme devrait poindre le bout de son nez d’ici peu également.

Bonnes vacs!!! 🙂

blank

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons
blank

Trouverez-vous l’erreur?, Perimaire v6 , le monde et les graphiques.

blankYoup.
Voilà une super chouette journée à la finale du rallye (on a évité les gouttes, yeeeeh!) Franchement trop tip top!

Et là  pour clore cette journée, j’ai reçu un petit mail de Reitter François, un collègue de maths qui me propose un prospectus sur une erreur d’homothétie et ça c’est bigrement cool pour nos 3emes!

Attention ça pique un peu les yeux! Tandammmmmmm!

blankDisponible aussi là

Sinon, j’en profite pour remercier Christophe Bringard alias prof.bringard sur twitter (prof de maths au collège Michel Colucci de Rougemont le Château) qui m’a fait remonter un soucis sur ma version perimaire numérique qui passe donc en v6… mais en corrigeant ce bug je me suis dit :  « là, whoua que c’est vieux! »  Je vois des améliorations à apporter, préchargement des images animation etc… P’tet que je le referai complètement d’ici quelques mois.

Enfin une dernière info qu’Isabelle Tamburini (prof de maths en collège à Aix en Provence) m’a rapporté une chouette illustration du monde sur les pièges des graphiques. Hyper instructif pour nos bambins, à partager. Ca se passe par là!!

Ah c’est quand même plaisant  de terminer une super journée par des supers collègues qui n’hésitent pas à partager et qui aident. MERCIIII!

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

La calculatrice de Numworks : le test…

blankYoup, pour cette nouvelle année, un nouveau thème. Un nouvel article de test sur la calculatrice de numworks, et tout bientôt, on va lancer le concours pour en gagner une !

J’en avais parlé, il y a quelques temps déjà. J’avais prévu de refaire un article une fois des mises à jour proposées par Numworks, c’est chose faite, donc je m’y mets.

Déjà, voilà la bête, un design épuré et sympa avec un petit port mini-usb pour charger la calculatrice et la mettre à jour.

La calculatrice est légère et facile à prendre en main. Les couleurs dominantes sont chouettes jaune, noir et blanc.

 

Alors voici les différentes parties du menu.

blankI.Le calcul

C’était la bête noire lors de la première utilisation, c’était un vrai frein pour moi à l’utilisation par un élève et par un prof d’ailleurs, j’avais laissé la calculatrice de côté, mais j’ai regardé régulièrement les mises à jour, jusqu’à avoir celle promise qui réglerait tout!

Le calcul fractionnaire et avec les racines a été implémenté et même cerise sur le gâteau le calcul littéral (bon il manque la factorisation et développement double, mais la réduction et développement simple sont implémentés! )

On remarquera que la calculatrice propose directement l’affichage de la valeur exacte et de la valeur approchée (en grisé) ! C’est carrément mieux que ce que propose casio et TI (pour ne pas les citer) où l’on doit utiliser une touche pour accéder au résultat approché ou exact.

Bref, l’utilisation ici est aisée et claire.

Aussi on a accès avec la touche en forme de tampon à des options pour des calculs plus complexes : matrices, dénombrements , nombres complexes, arithmétiques,  intégrales … Oui, c’est ici plutôt très complet!

Seul petit bémol pour le collège, l’utilisation du « . » pour symboliser la multiplication. Le « undef » apparaît au lieu de « indéf » pour indéfini.

Bon, c’est mineur, et on est dans le chipotage, hein!

blankII.Fonctions

Ici, aucune amélioration notable, en fait ça marchait déjà très bien avant.

On ajoute des fonctions dans le premier onglet, ensuite on a le choix pour l’affichage graphique ou tableur. Pratique et simple.

III. Statistiquesblank

Alors là, c’est pareil, on n’a pas eu d’amélioration notable, l’utilisation de ce module est plutôt simple à l’aide des 4 onglets qui permettent de switcher entre les différentes représentations de la ou des séries statistiques : Données, Histogramme, Barre,  éléments caractéristiques.

Seul tout petit bémol, pour moi avec la représentation de l’histogramme, on aurait pu aussi avoir la représentation en bâtons… Ça manque un peu… mais on chipote toujours, en prenant des classes relativement étroite, on arrive à un diagramme en bâton facilement.

En tout cas, d’avoir les éléments caractéristiques en toute fin, je trouve ça plutôt très bien pensé.

IV. Probabilitésblank

Bon sur ce module, je ne vais pas m’étendre, je suis pas assez calé sur le lycée pour pouvoir dire si c’est suffisant.

Au premier abord, ça m’a l’air complet et simple d’usage.

La représentation graphique est systématique et on visualise à chaque fois la probabilité que l’on calcule. C’est chouette.

 

blankV. Suites

Ici, on retrouve la quasi-même interface que celle sur les fonctions sauf que pour définir les suites, on a le choix entre la définition directe ou par récurrence d’ordre 1 ou 2. On a ensuite accès au graphique et au tableau de valeurs.

Bon quoi dire à part que ça marche bien ?

blankVI. Droite de régression

Bon bah là, ça me paraît simple d’utilisation, on note les cordonnées de chaque point et paf! On a la droite en allant dans l’onglet graphique et on a accès aux caractéristiques de cette série dans un autre onglet.

Easy! Simple et efficace, non?

blankVII. Python

Bon cet onglet a plutôt bien évolué depuis la mise en place d’une version bêta au premier coup.

Mais je crois qu’il reste encore du travail, mais vu comment ça évolue, je me dis qu’ on va bientôt arriver à quelque chose de super pratique rapidement.

Alors on a maintenant un menu qui nous permet de créer divers fichiers pythons que l’on peut exécuter séparément.

Bon les améliorations que j’aurais aimé avoir :

  • La fonction de complétion automatique, en gros je tape le début de la commande et on me propose la fin.Comme par exemple :  lorsque je veux taper ‘mandelbrot(8)’ , je n’ai qu’à taper ‘mand’ pour me voir proposer ‘mandelbrot(‘.

Ce serait plus pratique car là il faut reconnaître que coder sur la calculatrice, c’est un exercice difficile.

  • Le clavier n’est pas très pratique et l’écriture jaune pour les lettres n’est pas un très bon choix, on peut avoir du mal à les lire. (enfin en tout cas moi, j’ai du mal! Qui a dit que j’étais vieux?!)
    • Devrait changer à la rentrée (réponse de Numworks)
  • On pourrait aussi attendre une interface pour uploader les fichiers python de l’ordinateur vers la calculatrice.

 

 

 

blankVIII. ParamètreS.

Bon ici rien de bien sorcier

Mode examen , nombre de chiffres significatifs (nouveauté) …

Bref, simple.

IX.La mise à jour.

Une méga nouveauté, on peut mettre à jour, sous linux windows et mac, via le navigateur (google-chrome ou chromium oblige par contre).

On branche la calculatrice, on fait un reset et on lance l’update sur notre compte numworks.

 

X. Conclusion

De très belles avancées qui rendent cette fois-ci la calculatrice parfaitement utilisable au collège, pour le lycée je me prononcerai moins car la programmation python pour moi n’est pas encore assez avancée, mais force est de constater que ce système de mise-à-jour pour calculatrice est une idée révolutionnaire! C’est la force de ce projet!

 

Et vous vous en pensez quoi?

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

A loué, on va vers du 100 % compétences sur tous les niveaux!!

En voilà une grosse news, hein?

Alors petit récap’ pour vous ! Il y a 3 mois, on s’est engagé, toute l’équipe de sciences, (Techno, maths, SVT et Physique-Chimie) à créer une grille commune de compétences plutôt courte et vraiment interdisciplinaire…

blank

9 compétences orientées sciences sont dégagées et 9 compétences transversales (vraiment toutes disciplines) sont fixées.

Cette année, ça a été la foire question « évaluation », certains faisaient 100% notes, d’autres 100% compétences et d’autres pour faire le lien entre les deux faisait les deux (en maths, on était dans la dernière catégories, arg….).

Bref, hyper content d’avoir trouvé un terrain d’entente sur une liste plutôt courte, on se dit : « Bon on partage aux collègues et on voit si ça prend ou pas« . Ca a mordu un peu mais sans plus.

Mon collègue de Techno qui faisait un temps partagé sur le collège de La Suze (eux ils font du 100% compétences depuis plusieurs années) me donne leur grille après accord de leurs collègues (un petit coucou à Gregory L qui serait super dans l’équipe du rallye ^^ ), j’y insère nos compétences à nous et vire celles qui ne servaient à rien en sciences et je balance à tous les collègues en disant voilà ce qu’on pourrait faire tous ensemble…

S’ensuit un travail de réflexion dans chaque pôle.

Et bim, 3 mois plus tard contre toute attente (l’administration n’y croyait pas vraiment et je commençais à douter), je présente la grille corrigée à tous les collègues pour une ultime modification et validation et transmission à l’administration qui était présente à la réunion. YEEEEEEEES !!!!!

50 compétences validées pour tout le collège…

Quoi de mieux de vous la présenter!

Juste avant je vous dis juste …. BONNES VACANCES (même si, je compte encore publier un peu d’autres trucs, comme les projets prévus l’année prochaine ceux qu’on a testé en toute fin d’année, le reste des PB DUDU non encore montés etc…)

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Clap de fin pour l’évaluation par compétences sur scolatix

blankVoilà, cela faisait longtemps que j’y pensais, l’expérimentation de scolatix va prendre fin au mois de juin, date où je dois reconduire l’abonnement de l’hébergement.

Bon, c’est non sans mal, que j’ai pris cette décision, mais force est de constater, que ce site techniquement me prend beaucoup mais vraiment beaucoup de temps à entretenir et là avec l’arrivé de php 7 où pas mal de fonctions que j’ai écrite sont à réécrire, je n’ai tout simplement plus le courage, ajoutez cela les 180€/an, il fallait je pense faire un choix.

Alors c’est quand même la fin d’une grande aventure qui a débuté lorsque j’étais  Titulaire 1 ère année avec mon frangin et une autre collègue Tifenn Favreau. Ces deux derniers ne l’utilisent plus.

Ça a carburé dès le début, on a vu grand. On a été mis en relation avec la MIVIP (ex nom de la CARDIE), Mme Ladret (celle qui gérait la MIVIP) nous a  demandé de présenter un atelier sur l’évaluation par compétences pour un séminaire de l’INRP au lycée Livet à Nantes. Gros stress, mais cette intervention a été très riche à préparer, cependant : quelle déconvenue lors de notre arrivée là-bas, le jour J !

L’accueil a été glacial par des collègues présents là-bas :

  • Eux : « Bonjour.Vous êtes là pour voir quel atelier? »
  • Nous : « Heu, en fait, on présente un atelier »
  • Eux : « Quoi?!Vous êtes jeunes pour présenter quelque chose… je vais voir les organisateurs »

Je ne parle pas de l’atelier en lui-même, ça a été catastrophique, il manquait un vidéoprojecteur, donc la présentation déjà commençait mal, mais on s’est adapté en serrant les dents.

3 collègues présents ont accrochés, le reste s’est montré très réticent, ils ne se sont focalisés que sur les petites erreurs de vocabulaire comme si à 23 ans on était au point sur la science de l’éducation. La personne la plus virulente avait été nommée « rapporteur » pour parler de notre atelier au reste des personnes qui n’avaient pas pu venir. Gloups!

Chaque rapporteur était enregistré lorsqu’il présentait l’atelier auquel il avait assisté. Bizarrement, seul l’enregistrement de notre rapporteur n’avait pas été publié a posteriori sur le site… De toute façon cela s’est résumé et sans être caricatural :

« Je n’aime pas, c’est n’importe quoi, en plus les cahiers pédagogiques vont parler d’eux, je vais les prévenir que c’est n’importe quoi, on ne peut présenter cela… Bon je m’en vais car je suis vraiment en colère »

Bref, une réelle humiliation, en tout cas, on l’a pris en pleine face… Destructeur pour des titulaires premières années qui n’avaient rien demandé et auquel on avait demandé de faire une présentation. Mme Ladret nous a quand même convaincu de continuer tout comme M NEVADO notre IPR à l’époque.

Il a fallu 1 an pour passer au dessus de cela, oublier le nom de cette personne nocive (qui nous a écrit de nombreux mails en disant encore que notre projet n’était pas bon et qu’on devait la convaincre que c’était bien, on lui a répondu qu’on ne lui devait rien du tout…).

Bref, ensuite, et bien le projet a évolué. J’ai fait parti d’un GRAF sur l’évaluation. Cela a été super riche, des échanges constructifs même si on n’était pas tous d’accord, cependant il n’y avait aucun jugement sur les manières de fonctionner qu’on avait les uns et les autres.

Ensuite, et bien le projet a continué tel quel, je n’ai jamais pris le temps d’aller plus loin, d’autres projets sont nés entre temps : le blog sur lequel vous êtes, les PB DUDU , les IDD sur la pub etc.

Néanmoins, j’ai toujours évalué mes 4emes avec scolatix (c’est le cas cette année encore). En fait, je me rends compte que je n’ai jamais mis de notes en 4eme! Cela fait drôle de ne s’en rendre compte que maintenant.

Bref.

Je pense que le moteur d’évaluation par compétence va être gardé et remis sur mathix.org (site originel au début de l’expérimentation), le nom de domaine va être gardé également (pas question qu’une entreprise fasse la même entourloupe qu’un autre site que j’avais laissé), mais plus d’hébergement en tant que tel. Le moteur ne sera plus ouvert à inscription. Cependant si j’ai le temps, je ferais un tuto pour montrer comment le mettre en place. Mais je ne saurai que conseiller Sacoche, qui se rapproche beaucoup de scolatix et qui fait même beaucoup plus.

blank

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Le numérique dans l’Education Nationale

Je reviens d’une formation pour les RUPN, pour les non-connaisseurs ce sont les Responsables des Usages Pédagogiques pour le Numérique.

Cette formation en plus de rencontrer des têtes que je ne connaissais que par internet, a mis en exergue la grande problématique du Numérique, cette transition qui est train de se dérouler au sein de l’Education Nationale.

Côté communication, sous-entendre pub auprès du grand public, le numérique c’est le top, tout est plus simple et répond à de grandes problématiques que l’école du livre (par opposition à l’école du numérique) connaît. Je ne saurais que trop parler de la différenciation, le poids du cartable, le suivi, la communication instantanée, l’accès à d’autres types de médias, classe inversée….

Tout ça, chers parents, collègues, c’est vrai. Le numérique, c’est chouette !

C’est un univers à découvrir pour nous, enseignants, les applications sont nombreuses, et on n’a pas fini d’explorer ce nouveau territoire encore vierge.

Lors de cette formation, on a découvert justement ces pratiques, les formateurs, qui devaient nous former à former nos collègues sur le numérique, se sont cassé le nez sur un mur, le mur de la crainte. La crainte de la réaction de nos collègues qui poseront les questions légitimes auxquelles nous n’auront pas de réponses… Celles des moyens dans les établissements, celles de l’accès au numérique dans les familles…

Il est vrai qu’en tant que RUPN, on se trouve un peu pris entre deux feux, celui de la hiérarchie « vous êtes formateur, vous devez former vos collègues, c’est votre mission », celui de nos collègues qui poseront ces questions…

  • Peut-on exiger des travaux en ligne à faire chez soi ?
  • Si un parent refuse que son enfant aille sur l’ordinateur lorsqu’il n’est pas présent avec lui, et quand il travaille tard peut-on exiger un devoir numérique à l’enfant?
  • Si des parents n’ont pas les moyens d’avoir accès au numérique ?

Et j’en passe !

A y penser, on se retrouve un peu, 50 ans en arrière lors de l’apparition des calculatrices dans l’enseignement. Le même premier argument qu’aujourd’hui faisait place dans le débat : l’inégalité des moyens des familles pour avoir cet équipement.

Le marché des calculatrices scolaires étant concurrentiel, le prix a baissé et maintenant il est naturel de demander 7€ de dépense aux familles (voir même plus : règle, équerre, compas, crayon à papier, rapporteur…)

Ensuite, s’est posé la question de savoir quand donner l’accès à cette calculatrice dans le parcours de l’élève. Et c’est la distinction aujourd’hui entre ces deux bouleversements de l’Education Nationale.

Cette question, nous ne nous la posons pas pour les ordinateurs « parce qu’ils (les élèves) sont nés avec ». Cependant savent-ils l’utiliser correctement, les parents ne donnent-ils pas accès trop vite à cet outil ?

C’est là, la différence fondamentale qu’il y a entre l’apparition de la calculatrice et l’accès à l’ordinateur (au sens d’accès à internet). L’utilisation de la calculatrice a été initié par l’école, celui de l’internet par les « familles ».

L’école doit donc former à ce nouveau média alors que la majorité des élèves a déjà profité des outils, et possède des us et coutumes biaisés par une utilisation souvent sociale (facebook) et non utile ou pratique comme nous l’avons connu.

On se retrouve donc confronté à une forte de demande institutionnelle pour former les élèves à un nouvel usage des Tices parce qu’ils y ont déjà accès pour la plupart d’entre eux…. Et une autre pression pour laquelle l’école doit rester égalitaire et donc faire face au manque de moyens des familles qui ne peuvent se payer ces outils.

Les conseils généraux se sont lancé dans l’équipement des collèges, mais sans doute avec du retard, et l’argent à débourser est colossal.

Là où en plus une calculatrice peut durer 10 à 20 ans, l’ordinateur ou la tablette dure souvent bien moins longtemps avec un coût de maintenance prohibitif.

Cette période transitoire durera sans doute quelques années comme pour la calculatrice. Maintenant reste à savoir si on prendra le choix du BYOD (Bring Your Own Device) ou de l’équipement à 100% des élèves par le collège ou une autre voie.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Livret de connaissances du cycle 4

copie de plage3

Salut! J’espère que vos vacances se passent bien! Après un séjour dans le Sud (on dirrrraiiit  le suuud !!), bref me voilà de retour à la maison , j’ai entamé les travaux de la maison pour affronter l’hiver (the winter is coming)  et là une visite prévue de longue date…

Vous vous souvenez des stagiaires de l’académie de Rouen qui étaient venues me voir? Et bien, là c’est la formatrice qui est venue avec 3 de ses enfants! Sisi, et même que deux de ses enfants ont fait des DUDU, la classe!

J’avoue, comme quand j’ai vu les stagiaires, j’ai eu mon petit moment d’appréhension. Un barbec’ et ma p’tite puce qui a fait sensation et paf les discussions s’enchaînent, bon j’ai zappé les 2 baguettes et les rillettes du Mans et j’ai zappé de sortir le cadeau des pâtes de fruit qu’ils avaient apporté. Gloups! Sorry Claire, mais la gestion multitâche c’est pas trop mon fort!

Ce fût un moment plaisant, et bigre de bigre, Claire en fait c’est une hyperactive touche à tout, on se sent très petit face à son expérience et  ce qu’elle fait. Car Claire fait tout ce qu’on peut imaginer et même plus..

J’me dis qu’il aurait fallu qu’on se dise qu’on bosse pour échanger plus, j’aurais eu beaucoup à recevoir de sa part, sa vision du métier etc…

On en est resté plutôt à des anecdotes pour casser la glace, mais je me dis que p’t-être dans l’avenir on sera amené à se recroiser ce que j’espère de tout cœur.

Je vous invite tout de même à aller voir son blog (que je suis depuis déjà longtemps), c’est riche, Claire partage également ses trouvailles et ses productions.

http://clairelomme.blogspot.fr/

Mais l’objet de l’article est tout autre, même si c’était franchement sympa de croiser  quelqu’un qu’on connaît d’internet en vrai.

Voilà un projet qu’il m’a pris pas mal de temps à vrai dire 2 semaines sur le temps de sieste de ma petite.

C’est un premier jet, sur lequel je compte tester donc le livret de connaissances avec mes 3emes. En gros, ils auront déjà tout le cours à disposition, à nous de découvrir ce livret de savoir l’utiliser…. Le cours est donc toujours accessible. (15 pages en mode livret recto-verso)

Télécharger

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Une fin d’année ….

bandeau_0720024KHier, c’était le dernier jour où l’on pouvait voir tous les élèves, le collège est réquisitionné pour être centre d’examen et de correction et la semaine prochaine seuls 150 élèves sur les 500 seront présents.
On sentait l’ambiance de fin d’année, les élèves rieurs, contents, contents et tristes aussi de sentir qu’ils ne verront plus bientôt le collège… pour deux mois.
‘Faut savoir que le mardi, moi, je vois toutes mes classes, et d’ailleurs je termine en beauté par mes 3eC.
C’est donc avec de quoi travailler avec mes classes, (si, si , je suis professionnel, je prévois de bosser jusqu’au bout même si je suis corruptible ce jour-là) et une boîte de bonbon qui me servira pour toutes les classes sous le bras, j’accueille mes 4eD pour ma première heure.

Ah mes 4eD…. ( je suis pas leur PP) Mais qu’est-ce que j’ai pu perdre comme énergie avec eux, au début j’ai été sévère, très sévère, même des parents n’ont pas aimé que je force leurs bambins à bosser rigoureusement chez eux. Je ne leur pardonnais rien! C’était une classe bavarde, tous mes cours avec eux commençaient inlassablement par :
Bonjour, asseyez-vous en silence… On commence le teste de 5 questions, Tristan tais-toi s’il te plait, Kilien, ne rigole pas, Nil lâche ta voisine….etc. Taméra arrête de râler. Alaïs on se concentre deux minutes…..
Ce qu’il y avait de plaisant avec cette classe, c’est qu’ils venaient avec la banane (tout sourire pour ceux qui ne connaissent pas l’expression), mais je perdais néanmoins pas mal de temps.
Au début, on y va frontal. On râle, on peste, on est sur le qui-vive. Après on apprend à les connaître, et ils apprennent à nous connaître et normalement ça va mieux, et bien pour le bavardage ça n’a jamais évolué même d’un chouilla, alors on râle moins, on fait avec et en fait ça se passe plutôt bien.
Ahhhh, eux qui ont été déçu que je parte pas avec eux en Angleterre (moi aussi d’ailleurs).
Je n’ai pas tout réussi avec eux, des notions sont mal passées, mais je pense qu’ils ont eu une autre image des maths,ils se seront amusés. Et en plus ils m’ont permis de tester énormément de problèmes DUDU, ils ont essuyé des plâtres. BORDAS aurait dû les payer, en fait.

C’est donc avec un petit pincement au cœur que je les ai accueilli pour cette dernière heure. Ces élèves ont commencé par m’offrir une bonne dizaine de paquets de Carambar en me disant ; « On sait que vous aimez ça M’sieur« .
Moi qui les chambrait à longueur de temps quand je les voyais manger leurs bonbons ultra-chimiques, je leur disais, il n’y a que le carambar, le vrai, que j’aime! Oui, oui M DUDU aime les Carambars! De suite,  je me suis demandé comment ils avaient présenté cela à leurs parents (« Ouais m’man faut des carambars pour M DUDU« ). Même quand j’ai eu le conseil de classe le soir, une mère d’élève m’a dit : « Alors Monsieur DURAND, les carambars ils étaient bons? » Face à la principale,  je vous assure, c’est du plus bel effet!!The Class XXL!

Je n’ai pas pu me résoudre à les faire travailler, ils m’ont dit qu’ils voulaient jouer avec moi, faire un truc « tous ensemble« . On a donc joué, j’ai même triché ouvertement (eh oh c’est qui le prof, ici?), on s’est amusé quelques dizaines de minutes.
Et est venu Nil, ce cher délégué, un élève que j’ai poussé et tiré vers le haut tant bien que mal, qu’est-ce qu’il m’a fait perdre en énergie ce môme!Pfiou!
‘Faut voir que mon histoire avec lui est compliquée. Dès la 6e (alors que je ne l’avais pas en classe), je l’avais collé, et je lui avais passé un savon me garantissant au passage une réputation de prof ultra-sévère et terrifiant pour quelques années auprès de lui et de tous les 6emes de l’époque. (en fait, j’ai toujours cette réputation auprès des bambins qui ne m’ont jamais eu…). Nil, cette fois-ci en 4e, à cette rentrée 2015 était donc terrifié à l’idée de m’avoir. Et à la rentrée,dès le premier jour,  je ne l’ai pas mis à l’aise lui rappelant froidement et calmement ce qu’il avait fait 2 ans plus tôt… Terrible, hein!
Et bien la voix tremblante, en s’y reprenant à plusieurs fois, il m’a fait un discours. Personne ne s’y attendait, pas même ses camarades, pourtant il avait des notes pour le faire. Le teint rougit, il a demandé le silence.
Il faut imaginer qu’il y a eu un silence religieux, tous les élèves et moi regardions Nil, moi la bouche béante : un vrai discours de remerciement sincère. Il m’aurait ajouté quelques lignes de plus, je crois que la larmichette tombait, eh oui derrière un DUDU se cache un gros cœur sensible et là franchement je ne m’y attendais pas du tout…

Pour mes 6emes tout s’est passé différemment, on a regardé un petit film sur l’histoire des sciences , le film n’a pas terminé avant la sonnerie, les élèves sont partis rapidement , me laissant au passage une boîte décorée avec quelques carambars (se sont-ils passés le mot?) et une lettre de remerciements, trop mimi, une classe attachante qui a gâté ma fille de mille et une façon. Gloups… Mes p’tits loups vous étiez supers!

Puis viennent mes 4eE, THE classe dont la liste des noms d’élèves nous a fait pâlir tant les élèves en difficultés ou en révolte contre les prof était longue! Et bien cette classe était attachiante (j’aime ce mot valise). Ils étaient déchaînés, mais tous étaient contents, contents de cette année, heureux. Bien entendu beaucoup m’ont dit qu’ils avaient encore des difficultés mais moins avec moi, même si ce n’était pas vrai, on sentait qu’ils voulaient juste dire qu’ils s’étaient sentis biens, et ça ouf, à recevoir c’est touchant. Certains m’ont rappelé que je leur devais une revanche au ping-pong, car il m’était arrivé de squatter la table de ping-pong, en réclamant auprès des élèves une raquette et une balle, chose qu’il faisait rapidement (en fait, on ne cède rien à M DUDU surtout pour le voir jouer), j’ai fait des matchs, beaucoup en fait et je me suis pris au jeu de venir régulièrement sur la cour le temps de la récré pour jouer, d’autres élèves surtout de cette 4eE m’encourageaient, l’éclate et franchement je crois que je continuerai l’année prochaine.

Les élèves attendent sans doute qu’on vienne dans leur monde.

 

Enfin je terminerai par la 3eC, aux profils divers et variés, tantôt bosseurs tantôt râleurs tantôt faignants. Ces élèves dont j’ai suivi pour certains le parcours de A à Z. Ces élèves qui seront en brevet demain et que je ne reverrai que lorsqu’ils viendront chercher leurs diplômes. On les abandonne en fait un peu avec l’espoir qu’ils auront appris auprès de nous, qu’ils retiendront  quelque chose et qu’on ne leurs aura pas laissé un trop mauvais souvenir.

Certains d’entre eux reviennent après cette année de 3e, on oublie vite les noms mais pas les visages, et quand ils changent, on ne les reconnaît plus ou vaguement, c’est une vraie frustration…. Ces élèves qui deviendront rapidement adultes, qui feront des choix de vie. On se surprend à voir des élèves changer radicalement.

Ce sont ces fins d’année qui nous donnent la pêche pour l’année suivante, qui nous donnent envie de crier qu’on aime ce foutu métier et ces foutus élèves même quand ils nous en font baver.

J’adore ces fins d’année et particulièrement celle-ci qui m’a le plus surpris et touché et pourtant dans ce métier les surprises on en a beaucoup!

Bon courage pour les correcteurs et surtout les élèves qui passent le brevet!

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Nosdevoirs.fr ou l’art de ne pas faire ses devoirs….

nosdevoirsVoilà, un site, qui promet de l’entraide face aux difficultés en mathématiques. Cette entraide est donnée par une communauté d’élèves, professeurs, parents pour toute personne posant une question.

Sur le papier, ça parait trop beau, hein? Et bien laissez-moi vous raconter une petite (grosse) mésaventure.

Comme d’habitude, je veille aux grains sur le net, à la recherche des professeurs qui donnent les solutions des problèmes DUDU à leurs élèves sur internet, je leur demande expressément de ne pas les diffuser, sur toutes les demandes que j’ai formulées, les enseignants ont obtempéré et je les en remercie.

Ils ont été sensibles sur le fait que, Julien et moi, on propose des vidéos aux enseignants, mais si personne ne peut les utiliser parce que les réponses sont sur le net et bien la seule solution sera de ne pas diffuser les problèmes publiquement…

Bref, par respect, tous les enseignants ont réagi positivement, dans un sens, je ne leur en veux pas, ils ne se sont pas, pour la plupart, rendu compte des conséquences que cela pouvait avoir.

Mais voilà quelques mois, voilà une recherche qui pointe vers ce site.

 

nosdevoir

Ci-dessous le pdf qui est sur le site :

Voir en plein écran

Rhô, on confondrait « aider un élève » et « donner les réponses »!!

Ni une, ni deux, je me suis inscrit sur le site pour voir qui était cet individu qui s’amusait à donner les réponses.

J’avoue, j’ai associé son comportement à celui d’un idiot, car il n’aidait pas les élèves, voici sa réponse (eh oui, je n’ai pas assez de points pour revoir la conversation, oui tout se monétise en points sur nosdevoirs.fr)

trudelmichelMais qui est ce Trudel Michel? Me direz-vous!

Et bien ce cher monsieur est un enseignant à la retraite, et pour pourrir ses collègues encore actifs, et bien il s’amuse à saboter les devoirs à la maison tel un vaillant soldat qui se réjouit d’une quête car il n’a rien d’autres à faire….

Pour preuve, ce pdf issu d’un école de polytechnique de Laval où le nom de cher monsieur apparaît.

Voir en plein écran

Alors l’idée de ce cher homme, c’est que c’est idiot de donner des devoirs à la maison car soit l’élève sait, soit il ne sait pas…. blablabla. Un beau jugement de valeurs sur ceux qui ne pensent pas comme lui, mais bon….

Mon cher petit Michel, sais-tu seulement à quoi sert un devoir maison? T’es-tu posé la question?

  • Il sert à  l’élève pour qu’il puisse se poser des questions sur ce qu’il sait et ce qu’il ne sait pas, et qu’il pose des questions « utiles » à l’enseignant. Ainsi il devient acteur de son enseignement.
  • Il permet à l’élève de chercher des informations qui s’inscrit dans un processus de résolution, qui dit processus de résolution ne dit pas copiage, puisque là l’élève sera incapable de reproduire ce qu’il a copié dans un autre exercice car il n’aura rien compris, et cela va leurrer l’enseignant qui croit que l’élève sait. Donc l’enseignant ne pourra pas l’aider. Bref, une belle idiotie que de donner les réponses à copier.
  • Enfin peut-être croiras-tu que les devoirs à la maison sont notés, et bien oui, la plupart du temps (loin de moi de vouloir généraliser mon expérience de professeur à tous) dans l’investissement et non pour sa résolution en elle-même. Un élève qui n’a pas réussi, mais a posé moult questions lors du délai que je donnais pour ce DM, a autant de points qu’un autre qui a réussi, car il s’implique, il pose des questions pour comprendre, c’est que tout enseignant cherche à produire chez les élèves : les rendre acteurs et non passifs.
  • Et puis certains ne notent pas les devoirs mais cherchent aussi à ce que les élèves se posent les questions…

Bref, je te vois bien te réjouir d’avoir

autant de notoriété sur ce site,

avec autant de points sur nosdevoirs….

Navrant que tes occupations de retraité se limite à pourrir le travail d’autrui.

Bisou

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Le jour où des stagiaires de l’académie de Rouen voulaient nous interviewer

Eh oui! Ca fait tout bizarre! J’ai reçu un mail de Claire Lommé une formatrice de l’académie de Rouen, elle encadre un groupe de professeurs stagiaires dont la tâche ardue est de faire un mémoire sur les tâches complexes.

logomathix5 d’entre eux voulaient axer leur thème sur les problèmes DUDU. Comme me l’a dit Claire L. « you’re a star » , et moi j’ai juste ouvert la bouche béante et …. j’ai appelé Julien, bah ouais c’était super cool sur l’instant.

J’accepte dans la foulée, même pas peur tiens! Audrey, une des stagiaires, se fait le porte parole par mail des autres, et le jour est fixé, c’était le 7 avril.

Et bien la veille, je ne faisais pas vraiment le malin, je me suis posé plein de questions :

Qu’est-ce que je vais pouvoir leurs dire? Quelles questions vont-elles poser? Saurais-je répondre à leurs attentes? Vont-elles être déçues par ce que je vais leur dire? Est-ce que je saurai expliquer des choses qui pour moi sont naturelles et évidentes?

Dur, d’expliquer l’évidence.

Elles sont restées 3 bonnes heures chez moi, courageuses, car plus de 2h de route pour aller et idem pour le retour, elles viennent en plus avec des chocolats, top top top!

Bon, au début, elles étaient intimidées …. et après toujours un peu fait, mais c’était mieux. Remarque, je les comprends un peu, arriver chez quelqu’un qu’on a juste vu en vidéo, ça doit être bizarre.

Elles avaient préparé multitudes de questions sur une feuille, Audrey avait son crayon et était prête à tout écrire, mais moulin à parole que je suis, je voyais bien qu’elle avait du mal à suivre.

On a donc filmé l’interview et je leur ai filé ça sur clé.

Vous n’aurez pas l’interview en direct, car c’est long et puis le droit lié aux enregistrements etc.

L’interview, à proprement parlé, a duré 1h30.

L’échange a été pour moi assez productif, même si cela manquait de naturel.

Je me souviens de l’échange avec Adeline (j’espère pas me planter sur le prénom), sur l’intervention de l’enseignant ou non pendant les problèmes DUDU, j’ai mis les pieds dans le plat, il faut intervenir pour aider les groupes et ça a fait réagir (j’attendais un débat, enfin! ouais!). Bref, elles ont expliqué leur postulat de base qui était la non intervention pour voir comment ils s’en sortaient : Des groupes n’ont pas terminé (remarque en 1h c’était a posteriori évident).

On a donc embrayé sur « Est-ce que les élèves ont appris quelque chose? » , un peu décontenancées, elles se sont justifiées en disant que c’était leur postulat de base, ce que je n’avais pas renié. J’ai donc évoqué que l’intervention d’un enseignant est primordiale, qu’elle doit être discrète (demander une reformulation de ce qu’ils font, poser des questions…) et moins discrète pour des groupes faibles.

On a pas mal échangé sur le rôle de l’humour pour dédramatiser l’erreur… L’une d’elle s’est demandée  « et chez vous ça marche? » , je leur ai dit « pas tout le temps, parfois c’est pas drôle, mais les élèves rigolent car c’est bien pourri » . Elles reconnaissaient qu’elles s’y essayaient sans trop de résultat parfois.

Je trouve ça plutôt chouette que des jeunes collègues s’essayent à casser un peu l’image austère des maths!

Bref, j’aurais bien mis la photo avec les stagiaires, car l’une d’elle voulait une photo, mais bon, elles m’ont dit qu’elles préféraient d’abord voir la photo avant de donner un quelconque accord.

Wait wait wait!

Une petite expérience bien marrante en tout cas! 🙂

Maintenant ‘faut que j’invite Claire Lommé!

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons