Catégorie : expérience

On était à la régionale de L’APMEP de Normandie !

Rah quel accueil !!

C’est vraiment chouette de retrouver des collègues motivés et motivants !

Ce matin on a pu assister à un atelier jeu qui présentait quelques jeux de l’APMEP et après un petit repas , on a pu présenter notre petite conférence sur les vidéos dans l’enseignement des mathématiques. Un avant goût des journées nationales de l’APMEP!

Un très grand MERCI à l’APMEP de Normandie!!

Pensez à vous abonner!!

Voici comme promis les différents liens qu’on a pu évoquer cet après-midi :

Le three-act math de Dan Meyer

La conférence Ted-X de Dan Meyer

La dépôt de toutes les erreurs de mathématiques :

La galerie vidéo qu’on peut visiter (penser au bouton de recherche ou faire apparaître les catégories)

Enfin le diaporama de conférence !

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

ELEA, la nouvelle brique numérique pédagogique

blank

Voilà maintenant quelques mois que nous bénéficions d’ELEA dans l’académie de Nantes. Avec déploiement progressif au plan national à l’horizon 2025.

L’aventage de ce dernier : IL EST LIBRE, fini les caprices des éditeurs privés.

Il est basé sur MOODLE qui a déjà (dé)montré son efficacité sur la formation à distance, sa flexibilité, et son ouveture sur des formats libres (pour en nommer qu’un H5P.).

On est maître de notre outil, il devient un bien numérique commun. Il ne dépend plus de marchés publics dont les échéances tous les 4 ans peuvent mettre à mal (et ont mis à mal) la pérennité de certains outils et a pu créer de la lassitude auprès des collègues. Nous voilà avec un outil qui sera amené à évoluer sans rupture (faut pas oublier non plus qu’un outil numérique pour vivre à besoin d’évolution.)

Alors, oui, il va falloir se retrousser les manches pour aborder ce MOODLE by E.N, mais pour y mettre la main dans le cambouis, bah il est pas mal fichu.
Pour être honnête, quand j’ai eu la formation sur ELEA (version académie de Versailles), j’ai littéralement eu peur… Un sentiment d’avoir la tête sous l’eau et de regarder les copains (les animateurs du numérique de la DRANE de Nantes) à côté absorber les informations sans broncher…
Après un an de patouille, et surtout après avoir eu l’accès à notre ELEA (celui qui sera généralisé), j’avais un peu plus de recul sur l’intérêt…

La dernière ingénierie de formation courant janvier, ça a été le déclic (Merci Emilie Arbey, un échange surement banal pour toi, mais j’ai eu l’impression d’avoir connecté tous les fils à ce moment là.).
Bref je me sens prêt à exploiter l’outil.
Le 2e round, c’est de le tester avec mes élèves (habitués à d’autres outils que j’exploite, à vrai dire, j’hésite à attendre l’an prochain, histoire de créer des automatismes dès le début d’année. Cela ne m’empêche pas de le tester ponctuellement avec les élèves.).

blank

Le sujet est dense, complexe (mais pas compliqué), car l’outil offre de nombreuses possibilités.

blank
L’écran d’accueil présentant divers parcours créés

Afin de s’y retrouver je vous propose quelques tutos.

LISTE DES TUTOS DISPONIBLES :

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

MathALEA : un must-have pour les profs

Bon, ça fait maintenant 6 mois que j’utilise Mathalea de la symapthique équipe de CoopMaths
Une base d’exercices interactifs pour la plupart, avec la correction et surtout une partie aléatoire qui permet quelques scénarii pédagogiques intéressants.

MathALEA le site :

blank

MathALEA peut s’utiliser directement depuis le site.

On peut sélectionner les exercices dans un menu déroulant (classés par niveau et par notion) et générer un PDF.

Cela reste propre, on a la feuille d’exercices et le corrigé (un peu à l’image d’un autre site qui mériterait également un article : chingmath.fr.

Cela reste assez simple d’utilisation, rapide dans l’exécution, le défaut, on exploite à peine 10% de ce qui fait la force de MathALEA.

un petit exemple qui m’a pris 10 secondes (3 clics).

La compilation est en béta actuellement, et curieusement, car je ne trouve pas d’erreur, peut-être que certaines mises en page sont mal optimisées. Si jamais vous trouvez des problèmes pour la génération de pdf, faites les remonter, l’équipe est réactive (même s’ils sont peu nombreux pour gérer cet énorme et colossale site).

blank

On peut également intégrer des vidéos et ressources d’autres sites, on a aussi un géogébra-like avec check de figures que je trouve assez ingénieux et efficace.

on peut générer un accès élève (type page élève).

blank

une seule interrogation est sur la sauvegarde et l’accessibilité à postériori des résultats élèves, je méconnais car j’ai directement utilisé MathALEA avec CAPYTALE.

C’est donc tout naturellement que nous allons nous intéresser à ce binôme

blank

MathALEA et CAPITAL ? NON !!! CAPYTALE !!!

CAPYTALE est développée par une équipe de profs soutenu par l’académie de Paris (et ce service se veut pérenne, un bien numérique !).

Il est disponible ici (pour les sans ENT)

C’est une plateforme qui permet de créer et diffuser des activités numériques (cf dessous).

blank

Pour n’en citer quelques-unes :

Codabloc (Scratch-like), géogébra, Micro-bit, MathALEA, Bloc Python…

Une fois l’activité créée, les élèves peuvent la faire (à l’aide d’un code), et rendre leurs travaux. L’enseignant le cas échéant peut corriger et y mettre une observation.
J’utilise pour ma part CAPYTALE pour :

  • Codabloc : cela me permet d’avoir tous les programmes de type Scratch des élèves, de les tester et de corriger à la maison. Viens naturellement la possibilité de réfléchir à co-construire avec des collègues de techno des activités et les co-animer.
  • MathALEA : pour faire de l’autoévaluation sur certains savoir-faire pour les élèves et proposer des exercices avec auto-correction. Plutôt orienté évaluation formative, et perfectionner les savoirs procéduraux.

CAPYTALE ne se résume pas qu’à mon utilisation, je pense qu’il faut s’y pencher sérieusement, car le potentiel est grand, notamment sur des activités Géogébra à faire.

blank

La bibliothèque (partages d’activités entre profs) grandit de jour en jour mettant l’accent sur le partage (à l’heure où j’écris ces lignes : 4453 activités partagées gratuitement)

De nombreux ENT intègrent nativement CAPYTALE. Pour les académies ou EPLE qui n’en auraient pas, pas de panique, CAPYTALE peut s’utiliser sans ENT (cela reste surement plus laborieux avec la création de comptes élèves etc…).

Je me disperse, revenons sur ce qui nous préoccupe : MATHALEA + CAPYTALE

Vous pouvez créer des activités MATHALEA, cela permet de diffuser auprès de vos élèves des séries d’exercices avec feed-back instantané pour qu’il s’entrainent ou pour les évaluer.

Je n’ai encore exploiter toute la richesse des activités disponibles.
Un détail qui m’a beaucoup plus, les élèves ont accès à la même activité, mais avec le côté aléatoire, ils n’ont pas tout à fait les mêmes valeurs : pas de triche en salle multimédia. et des copies que l’on peut consulter

blank

On peut leurs mettre des appréciation et une évaluation (les points sont automatiques (j’évalue des compétences.)

L’export des résultats en CSV est disponible, il me semble que cela est jouable de pouvoir importer des notes par CSV pour PRONOTE (je ne peux pas tester car nous évaluons des compétences et non de manière sommative.)

Après l’avoir testé, j’y trouve une limite (qui n’est pas rédhibitoire), on ne peut que proposer des exercices ou des activités uniques, on ne peut adjoindre des ressources (cours, vidéos explicatives si l’élève est en difficulté, bref je commence à réfléchir sur des modalités à construire quelque chose qui pourrait encapsuler des activités MathALEA dans un « truc » qui pourrait être plus complet.

Hasard du calendrier, l’Académie de Nantes est co-pilote pour le service ELEA qui pourrait répondre à mon besoin.

blank

ELEA ET MATHALEA MATTEZ MOI CA !

ELEA c’est un fork de Moodle disponible initialement sur l’Académie de Versailles et qui va être déployé au plan national.

Il s’agit pour résumer (c’est simpliste mais c’est pour vous donner une idée) d’une plateforme où l’on peut créer des parcours pour les élèves incluant ressources (diverses et variées, allant du H5P passant par Géogébra, des vidéos, des fichiers, du PDF iframe du texte, des images etc…) et des activités (Test appareillement, H5P1, Quizz, devoir ave remise en ligne, intégration de Learning Apps, etc…).

Tout y est paramétrable (accès à certaines étapes en fonction des résultats, différenciation, classe inversée (Sara si tu me lis, je dirai moment inversé).

Là vous vous dites, ok, mais MathALEA dans tout ça?

blank

Je suis parti sur la mise en place dans une séance de renforcement : un parcours avec rappel de la leçon et vidéo exemple (Mon frère en a quelques une de bien, sinon un gros contributeur Yvan MONKA.). Une fois effectué, l’élève s’entraine sur l’exerciseur d’Arnaud puis il peut effectuer le TEST grâce à MathALEA sur les mêmes savoir-faire. Et pour les élèves qui vont vite et loin, on rajoute quelques activités (ou annales de Brevet s’ils sont en 3e).
Le point positif, ça va vite à créer car le contenu, on l’a déjà, et à créer c’est facile(après avoir chopé le coup de main évidement. Et cerise sur le gâteau, on garde les traces élèves en ligne.

ET MAINTENANT ???

Bah, y a pas de secret, faut essayer. Ma maigre contribution : deux tutos le premier pour MathALEA et CAPYTALE et le second pour ELEA et MathALEA

POUR LES SANS ELEA ? les SANS ENT?

Certaines académies ou EPLE n’ont pas d’ENT avec ELEA, celui-ci va être diffusé au niveau national dans les années à venir (je n’ai plus le calendrier en tête), CAPYTALE peut répondre à vos besoin, car celui-ci est accessible sans ENT.


Et c’est gratuit ? Oui et en plus LIBRE, issue du PUBLIC !

Les trois dispositifs (MathALEA, CAPYTALE et ELEA ne dépendent pas de développements d’éditeurs privés, c’est du 100% PUBLIC, c’est le résultat d’un engagement de certains profs qui ont pris du temps (et en prennent toujours). La diffusion massive d’ELEA initialement issue de l’Académie de Versailles par la DNE, celle de CPAYTALE par l’Académie de Paris et MathALEA par le groupe COOPMATHS (que j’ai eu la chance de croiser avec Arnaud) qui bossent dur pour partager une plateforme de qualité, et ils ne se reposent pas sur leurs lauriers.

OUI, OK, MAIS LE TOUT NUMERIQUE ?

Aux détracteurs et à moi-même qui m’interroge en tant que parent sur le « tout numérique », si si, même en tant qu’animateur au numérique, on n’est pas voué à la cause du numérique, on le pense, le réfléchit afin qu’il soit une réelle plus-value et non du gadget geek 2.0.

ELEA n’est pas une REVOLUTION mais bien une EVOLUTION de notre manière de rendre accessible du contenu. Le gros se fait toujours en classe, IRL comme disent nos élèves, car un prof c’est des interactions, c’est une expérience avec des élèves, c’est de la passion de notre discipline que l’on tente de transmettre pour éclairer nos élèves afin qu’ils deviennent citoyens faisant société !

Je ne prône pas le tout ELEA ou le tout CAPYTALE ou le TOUT MathALEA, mais ces outils rendent possibles des scénario qui ne l’étaient pas avant, tout simplement.

Je vous dirai juste de tester, tout doucement puis rester à l’affut des nouveautés.



  1. H5P – abréviation de HTML5 Package – est un logiciel libre de création de contenu interactif, basé sur HTML5, CSS et JavaScript. Vous ne savez pas ce que c’est ? ça fera l’objet d’un autre article, car ça c’est une révolution qui permettent la création de contenus efficaces, à l’aide de la DIGITALE (avec un effet WAHOU comme dirait notre ami Manu’.). ↩︎

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

Avez-vous vu l’erreur? Quand la chaîne HugoDécrypte propose un pourcentage d’augmentation….

Bonjour à toutes et tous!

Rhô que je suis content!!!

blank

Je viens de recevoir un mail d’Antoine Couton (professeur de maths) qui m’a fait part d’une belle erreur sur le journal vidéo de la chaîne HugoDécrypte. Alors d’abord, je ne remets pas en cause la qualité du travail fait et sur la multitude de vidéos des erreurs sont toujours possibles, France 2 M6 TF1 n’échappent pas à la règle!

Le sujet est par contre pas évident en classe à présenter, il ne s’agit pas de négliger cette information qui reste grave!

Du point de vue didactique, l’erreur est flagrante à voir et comme on a les chiffres, on peut naturellement calculer ce pourcentage d’augmentation!

A destination des élèves du cycle 4 (voir même 3, car juste pour voir l’erreur du point de vue estimation!)

Merci Antoine !!

Télécharger

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

Apprendre à chercher ou l’art de poser des questions ?

Bonjour à toutes et tous!

Je suis en pleine réflexion sur la compétence chercher, c’est d’ailleurs une proposition de travail pour le labo que nous allons soumettre à l’équipe.

I. Tâche complexe ou TAPI : premiers obstacles identifiés : compréhension et représentation mathématique

Le constat vécu dans nos classes est l’inaction (ou plutôt l’inaction subie) de certains élèves face à une tâche complexe, plusieurs obstacles coexistent et on peut avoir tendance à ne se restreindre qu’à cela :

  • Problème de compréhension de la consigne/question, ou de ce qu’il se passe dans le problème
  • Difficulté pour lire/extraire les données relatives au problème pour y répondre.

En fait, ici en réaction, on va devoir travailler sur la recherche de données et la compréhension de la question. Pour cela en fonction des problèmes, on va faire progresser les élèves dans la représentation mathématique du problème (modélisation) sur laquelle ensuite on va placer les données.

Par exemple, voici ce que j’avais obtenu de la part de mes élèves sur un problème d’optimisation d’une zone de baignade. (on a travaillé sur les données et la question reformulée, puis on a schématisé)

Ce travail est intéressant et permet vraiment une communication du raisonnement. (on travaille donc aussi la compétence modéliser & communiquer).

II.2e obstacle : la perception de son blocage et de son « échec »

A cela s’ajoute un autre obstacle , bien connu, celui de « l’échec », ou plutôt du sentiment d’échec de l’élève derrière une simple phrase : « je ne sais pas quoi faire ».

L’élève se place donc dans la posture du ‘J’ai cherché et je n’ai pas trouvé‘. En effet, il s’est forcément posé des questions!

blank
Ici, sur un propos choquant, on se pose des questions!
blank

Si on se réfère à la questiologie, il suffirait de lui demander :

Quelles hypothèses as-tu fait pour tenter de résoudre le problème qui t’a amené à dire que ce n’était pas bon et qu’il n’y a rien d’autres ?

L’idée à travers cette longue question, est de faire réfléchir l’élève sur sa démarche et l’expliciter. En somme, on questionne l’élève ! L’élève doit apprendre à se questionner soi-même (littéralement c’est la signification de réfléchir, comme dans un miroir, on questionne l’autre qui est soi-même).

Le travail autour de la narration de recherche est donc un levier important pour :

  • montrer que l’élève a produit un raisonnement (ce n’est donc pas un échec comme il le prétend)
  • montrer que l’élève sait communiquer

En somme, cela permet de montrer que l’élève sait chercher. (les vrai chercheurs ne trouve pas, sinon ce sont des inventeurs, et toc!)

On peut également travailler la narration de recherche à travers les oraux, c’est un parti pris à avoir auprès des élèves (j’en parlerai lors d’un autre article sur une présentation de l’expérimentation du labo). A l’oral l’élève peut plus facilement (ou pas) présenter ce qu’il a tenté de faire.

III. 3e obstacle: le découpage en sous-problèmes

Il existe aussi un autre levier, plus discret qui permet le découpage en sous-problèmes simples.

C’est ce que j’appellerai l’art de questionner le problème. (et non plus l’élève)

Et c’est là que rentre en jeu, les situations de problèmes, vous savez les problèmes qui n’ont pas de question! A travers cet exercice, on demande aux élèves de créer la question qu’on pourrait se poser.

Cette liberté qui peut être perturbante, permet de jalonner le raisonnement.

Je m’explique avec quelques exemples :

Voici des supports sur lesquels on peut demander aux élèves en activité flash : quelle question pourrait-on se poser ?

blank

Ici, évidemment,la question du périmètre et de l’aire émergera, toutes les données y sont !

blank

Là, plus délicat, les questions peuvent émerger,mais un garde fou à poser, on ne sait pas si c’est un rectangle, donc On a une question dite intermédiaire, « si c’est un rectangle , alors quel est le périmètre de la figure? » . vous voyez sans pour autant qu’on ait toutes les informations, on peut et doit s’autoriser à se poser la question.

blank

Là on pourrait se demander quel périmètre ou aire, mais aussi quelle longueur doit-on avoir pour que les deux parties aient le même périmètre , aire etc… ici, le nombre de questions est très grand.

blank

Et là, quelle longueur on pourrait calculer si on connaissait …

Où, plus simple, quel théorème on peut utiliser?

Je pense que faire ce genre d’exercices en activité flash, peut permettre aux élèves de s’habituer à questionner la situation de problème.

Et puis on peut aller un peu plus loin sur des situations de problèmes.

Je vais choisir par exemple un problème de Dan Meyer que j’ai traité avec mes élèves :

Il a fallu questionner le problème puisqu’il n’y avait pas de questions et vous allez voir qu’on a de tout et ça a libéré en quelque sorte le questionnement le fait de ne pas avoir de question :

Voici en classe dialoguée ce qu’on a obtenu (avec une question non écrite : Pourquoi il court comme ça? Recalée car non mathématique)

blank
blank

Vous avez vu ? Mes 6eme on même questionné la distance parcourue alors que rien ne s’y prête en terme de données !

Voilà, où en est ma réflexion, il me tarde de décanter tout ça, plus proprement, mais de jeter ça par écrit, ça fait du bien! 🙂

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

AVEZ-VOUS VU L’ERREUR ? Quand France 2 parle de vols dans les camions….

Bonjour à toutes et tous !!

blank

Voilà je vous propose une petite erreur dénichée par Benjamin Montreuil de l’académie de Marseille (un habitué du blog et il me remonte souvent des erreurs !! ) ! Il m’a contacté par mail pour m’indiquer l’erreur et bigre elle est discrète, il faut être attentif ! L’erreur est chouette car c’est une erreur d’estimation, idéal pour travailler les ordres de grandeurs et voir la cohérence des résultats, vous l’aurez compris cette vidéo peut permettre de travailler l’esprit critique…

200 places de camions pour 230m² de terrain ….

L’extrait est là ! Merci Benjamin !!

Télécharger

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

Problème ouvert : Van life, une planche bien rectangulaire …

Bonjour à tous !

blank

Voici un petit problème bien sympathique partagé par mail par Ziad A.

Ici, c’est un petit problème pour les élèves de début de cycle 4 sur les parallélogrammes particuliers.

On y observe un abus de langage et également une réflexion sur le bricolage ( Quand peut-on dire qu’une planche est rectangle? Un angle droit pur existe-t-il ?)

Bref, une vidéo qui peut mener à un petit débat bien utile.

Merci Ziad!

Télécharger

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

Macamdoc : Résolution du bug de la 2e photo noire sur certains appareils…

Bonjour à tous !

J’ai normalement résolu le bug de la photo noire qui apparaissait lors de la 2nd prise de photo pour certains appareils.

Ca a été compliqué pour moi, car je n’ai pas ce bug sur les différents téléphones que j’avais sous la main.

J’ai repéré une possible boucle lors de la prise qui faisait que lors la première prise de photo, l’image était stockée et la caméra s’arrête , puis cela recopiait encore l’image (alors que la caméra était arrêtée) et arrêtait une caméra déjà arrêtée. J’ai donc mis une structure de contrôle.

Je ne sais pas pourquoi mais ça marche et je ne sais pas pourquoi cela réitérait l’ordre deux fois…

Problème résolu donc!

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

Petit problème pour les 6eme, quand Gabriel Attal visite une école primaire (émission quotidien)

Bonjour à tous !

blank

Voici un petit problème à donner à nos élèves de 6emes pour retravailler les rangs des chiffres.

Accessible simplement pour une révision! C’est Arnaud Chevillote qui m’a trouvé cette vidéo que j’ai pu extraire pour une utilisation pédagogique.

Merci Arnaud! 😉

Télécharger

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons

Intervention à Canopé 44

blank

Bonjour à tous !

Voilà le diaporama qu’on a fait sur les jeux avec Julien.

Voici le diaporama avec quelques ressources présentées in situ durant cette après-midi.

Diaporama

La place des jeux dans l’enseignement est clivante. Rien que sur twitter on voit que ça enflamme.

Personnellement, je ne suis pas un inconditionnel des jeux dans l’enseignement des mathématiques, mais je trouve que certains jeux sont pertinents pour consolider ou conforter les élèves dans l’apprentissage/automatisation des notions mathématiques.

Les jeux peuvent par contre à l’inverse être nuisible à l’apprentissage des mathématiques lorsque son fonctionnement supplante les notions mathématiques en jeu. C’est toute cette réflexion plus poussée qu’on présentait dans cette intervention, en présentant des jeux qui fonctionnent et d’autres un peu moins….

Je pense que la radicalité des avis est nuisible : tout pour ou tout contre, en fait la question qu’on doit se poser ,c’est plutôt est-ce que ce type de jeu est utile à ce moment? Sans avoir d’a priori négatif sur le principe de faire un jeu.

Le jeu permet d’être actif, c’est un fait, c’est d’ailleurs cela qui doit motiver de tester un jeu.

En plus des jeux présentées voici quelques autres jeux qui fonctionnent bien (mais sont numériques), en duo sur un ordi, c’est génial car vivant !

6eme sur les quadrilatères : https://mathix.org/puzzle-zukei/

5e Priorités opératoire : https://mathix.org/numble-op/

6e critère de divisibilité : https://mathix.org/labydiv2/

6e-5e-4e-3e critère de divisibilité décomposition en produits : https://mathix.org/numble-hive

6e 5e : Priorité opératoire, décomposition en opérations : https://mathix.org/numble/

6e Casse tête opératoires : https://www.mathix.org/grille-nb-op/

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Licence Creative Commons