Pour un peu de chantilly

Pour moi, c’est la fin d’année, en arrêt de travail pour quelques mois (arrêt prévu depuis … 2 ans, le centre hospitalier étant débordé entre le covid et les demandes d’accès aux soins), je vois donc la fin d’année se profiler pour mes élèves sans professeur de mathématiques. J’anticipe déjà que le rectorat n’arrivera pas à trouver un remplaçant (surtout en mathématiques)

J’en suis à préparer mes cours en distanciel pour palier ce manque de remplaçant.

Une situation ahurissante : en arrêt, je travaille.

D’un point de vue consciencieux, je compte que mes élèves réussissent. Je ne me sens pas capable de les abandonner alors que l’Éducation Nationale elle peinera à faire son job.

D’un point de vue égoïste, je retrouverai mes élèves l’année prochaine, j’aimerai qu’ils aient un niveau correct, ne pas les aider serait se tirer une balle dans le pied.

Donc je ronge mon frein, je me soigne et je travaille, je fais le deuil de mes vacances d’été aussi car l’arrêt va courir sur les deux mois (il n’était pas prévu aussi long et a été réévalué).

Puis j’ai vu M Blanquer se faire arroser de chantilly. Un acte délictueux, certes, mais bien peu par rapport à une Éducation Nationale qui peine à protéger ses élèves & ses professeurs. dont M Blanquer était le digne représentant.

Pour un peu de respect et une vraie reconnaissance de notre métier d’enseignants, on n’en serait pas à chercher des profs en 30′ en les recrutant à l’arrache prouvant également de surcroît qu’on peut penser qu’être prof c’est accessible et simple sans formation.

Pour un peu d’honnêteté, on pourrait avoir les chiffres d’inscription aux concours du CAPES car force est de constater que nous n’avons que les admissibles, nous laissant penser que de fait il n’y avait même pas eu assez de présents par rapport au nombres de poste à pourvoir.

Pour un peu de respect, on construirait l’école avec les gens de terrain, on serait capable de revenir en arrière sur des décisions où l’unanimité des profs sont contre, comme le changement de statut de directeur d’école.

Pour un peu de respect, de conscience de l’alourdissement de la tâche des directeurs, Christine RENON serait en vie ou même les choses auraient changé après son acte…

Pour un peu de respect et de protection, Samuel Paty serait en vie ou même les choses auraient changé…

Avec un peu de respect, la crise du covid se serait mieux passée, vous auriez évité de nous comparer à des personnes en vacances.

Avec un peu d’honnêteté, lors du COVID vous auriez reconnu qu’on n’était pas prêt et vous encore moins que nous. Que les parents qui se plaignaient à la radio en avait le droit et de les rembarrer en arguant qu’ils ne savaient pas utiliser internet était tout simplement malhonnête et honteux.

Avec un peu de respect, vous nous auriez envoyé directement et en avance pour nous laisser le temps pour adapter nos cours, les plans d’organisation pour contrer la crise au covid, au lieu de le diffuser via BFM.

Franchement M Blanquer, là où nous vous demandions de nous écouter, de nous protéger, nous et nos élèves, vous, égoïstement, vous n’êtes pas capable juste d’accepter que vous n’avez rien à faire en politique. Quel singe êtes-vous? Celui qui refuse d’écouter ou de voir ou de parler? Les trois à la fois?

Admettez seulement que vous avez participé à déstructurer le service public, précarisant le métier de l’enseignement, augmentant le turn-over des adultes dans les établissements que si l’école est restée ouverte lors du covid ce n’est certainement pas grâce à vous, pire vous avez participé à la désorganisation de ce que nous aurions pu faire nous-même en local.

En fait, vous avez seulement desservi l’État.

Là où deux collègues ont voulu vous signifier notre ras-le-bol car en 5 ans vous étiez sourds face aux ressentiments de vos réformes, aux craintes liés au recours massif au contractuels (augmentation de 25% en 5 ans de contractuels contre 0,6% pour les titulaires), la volonté de reconnaissance de notre métier, votre gestion chaotique de toutes les crises, ils n’ont vu qu’un acte où votre attention se serait enfin focalisée sur une colère légitime :

Aucun prof ne vous soutient.

Pour un peu de chantilly, vous prendrez peut-être conscience que vous avez fait beaucoup de mal et que les conséquences de votre quinquennat seront sur du long terme.

Ce qui est dommage, c’est que vous aviez les moyens et le temps d’éviter cette chantilly en désamorçant la situation dans laquelle vous nous avez mis.

A propos de l'auteur :

Enseignant de mathématiques : collège Belle-vue de Loué Membre de l'équipe du "Rallye mathématique de la Sarthe" blog : mathix.org

a écrit 989 articles sur mathix.org.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

4 commentaires

  1. Je ne « soutiens » pas Jean-Michel Blanquer mais je soutiens :
    _ le dédoublement des petites classes
    _ les quelques augmentations de salaire
    _ la possibilité donnée aux élèves réfractaires aux mathématiques de les abandonner après la seconde
    _ les discours tenus contre l’écriture inclusive et contre les atteintes à la laïcité

    Je ne soutiendrai jamais les agressions physiques ni ceux qui les légitiment au nom d’une cause qu’ils jugent au-dessus de tout.

    Bon courage pour votre hospitalisation et merci pour tous les outils que vous mettez à notre disposition, cordialement,

    1. Effectivement Nicolas, en cherchant bien dans la grande politique de casse du service public entreprise par JM Blanquer, on peut toujours trouver quelques points positifs. Mais il faut les donner précisément :
      – le dédoublement des petites classes UNIQUEMENT en réseau d’éducation prioritaire (et souvent au détriment des autres niveaux)
      – les quelques augmentations de salaire (mais pas pour tout le monde ou sous forme de prime et ce n’est donc pas du salaire)
      – la possibilité donnée aux élèves réfractaires aux mathématiques de les abandonner après la seconde puis l’abandon de cette mesure puis le retour puis… On en est où déjà ?! A quand une vraie réflexion sur l’enseignement des mathématiques (Quoi ? Comment ? Quand ?)
      – les discours tenus contre les atteintes à la laïcité (et sur l’écriture inclusive, il faudrait encore que JM Blanquer soit capable de distinguer cette écriture du seul point médian mais venant de qqn qui confond démocratie et république dans ses interventions, c’est peut-être top demander…)
      – J’ajouterai Devoirs Faits même si les moyens mis en oeuvre dans ce dispositif n’ont pas été à la hauteur des annonces (mon établissement a dû abandonner les heures proposées en avril faute d’enveloppe budgétaire suffisante)

      Le tout en… 5 ans ! 5 longues années…

      En congé paternité, et pas encore remplacé, je partage les inquiétudes d’Arnaud. Pour le moment, le temps passé à m’occuper de ma fille a mis de côté mon sentiment de culpabilité d’abandonner mes élèves…

      Bon courage à Arnaud (et encore mille mercis à lui pour ce site, ses idées, ses trouvailles, ses partages… et ses billets d’humeur !)

Rejoignez la conversation

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.