« internet m’a tuer »

La fermeture de Mégaupload a fait grand bruit! J’ai halluciné en me faisant réveiller par mon réveil sur « Le FBI a piraté Mégaupload, les 4 des 7 responsables ont été arrêtés et risquent jusqu’à 7 ans de prison » . J’ai cru rêver, j’en étais encore au black-out de la SOPA… Cette nouvelle a touché nos chérubins, « Eh M’sieur vous avez vu pour Mégaupload? » , enfin on a une interrogation de nos ados sur ce qu’est internet, ou plutôt ce qu’il devient : un espace immatériel régi par des lois.

 Une réflexion à chaud sur internet…

 

I. L’historique d’internet

Tout d’abord, un petit rappel historique sur la création d’internet.

Le but de ce réseau était le partage entre universités américaines en 1969, (université de Californie à Los Angeles et Stanford Research Institute). Le fameux partage d’informations, comment collaborait-on avant? Beaucoup de déplacements et de colloc’!

C’est une révolution à l’époque, plus besoin de se déplacer, la copie d’informations est limpide et rapide. Bref, déjà s’instaure l’idée de liberté, de diffusion, d’espace neutre. Le nom de ce réseau :  ARPANET.

Dans les années 70, le « réseau » évolua avec une ouverture au public et un changement de standard de communication appelé X.25 (laissant ARPARNET dans l’oubli). Avec X.25, on découvre les premiers mails et un célèbre FAI : AOL.

De la fin des années 70  aux début des années 80, des standards de communications changent, passant à l’UUCPnet (basé sur du bourne Shell, langage d’UNIX, connu de nos chères distribution LINUX.), puis au fameux TCP-IP, protocole toujours en vigueur aujourd’hui bien qu’ayant évolué et qui risque encore de changer (TCP-IP v6).

C’est en 1982 que l’internet devient international, reliant la grande-Bretagne avec l’Amérique.

En 1984, l’Europe est reliée au réseau. Les universités américaines et européennes peuvent donc échanger, dialoguer.

On est donc, à l’époque, principalement dans la communication interuniversités.

À la fin des années 80 et début des années 90 des FAI, apparaissent en France, certains étant américains (AOL entre autre), d’autres français comme Wanadoo (Ex-Orange).

Que retenir de cet historique?

Internet a été créé pour partager, et communiquer et surtout diffuser! Avec l’apparition d’internet, le mouvement du libre est apparu!

Ce mouvement (du libre) défend les valeurs initiales d’internet.

II.Le libre ↔ la dématérialisation

 

Richard Stallman, fondateur du projet GNU et en conséquence de la licence Libre appelée GPL est un personnage qui incarne pour moi vraiment les valeurs de ce que devait être internet.

 

 

 

 

Avant internet, les logiciels étaient vendus sur des supports, les sociétés les vendaient et faisaient payer le prix de l’édition (coût du support) avec une marge pour des bénéfices. Ces sociétés étaient en conséquence incontournables pour diffuser des contenus qu’ils soient libres, gratuits ou payants.

Dans ces sociétés, on trouve :

Les majors des disques audio

Les majors des DVD

Les éditeurs de jeu.

Nous étions donc dans un système, où l’intermédiaire était inévitable.

L’arrivée d’internet a changé la donne, ces intermédiaires sont devenus optionnels, ils n’ont plus la main mise sur le marché : c’est la dématérialisation des contenus. C’est cette dématérialisation qui a permis l’essor du libre et en contre partie  de la copie illégale.

III Une dématérialisation mieux pour le libre, moins bien pour les artistes?

Bien entendu, en aucun cas je plébiscite le téléchargement illégal, bien au contraire, j’y suis farouchement contre!

En premier lieu, il est vrai que la dématérialisation favorise la diffusion, la copie est simple à l’instar d’une photocopie.

Bien entendu aussi, la copie illégale s’en trouve simplifiée et internet étant un espace neutre et mondial, il est difficile d’y appliquer une loi pour contrecarrer cette tendance.

Mais faut-il sanctionner sans proposer d’offre alternative?

Car même si on nous promet des alternatives, celles-ci sont en dehors des réalités, peu crédibles et surtout, il y a un pauvre panel de choix et donc pas de concurrence.

Les artistes gagnent-ils réellement beaucoup d’argent avec les intermédiaires? Ne faudrait-il pas favoriser aussi, la vente directe qui ,elle, connaît aussi un regain d’intérêt surtout via internet? Les concerts sont aussi un gain d’argent pour les artistes et cela n’est pas non plus copiable, pourquoi ne pas recentrer le métier d’artistes autour des prestations et non de la musique en elle-même?

C’est peut-être l’évolution des métiers, comme celui que j’exerce? Dans mon métier de professeur, je suis aussi :

Éducateur, conseiller, psychologue, surveillant, et enfin enseignant.

 

En second lieu, le libre  lui connaît un essor grandissant, l’accès à l’information, le partage libre (tant d’opinions que de créations ou d’informations) est très simple.

Nous connaissons une époque où les états commencent à se rendre compte de la puissance d’internet comme moyen de communication (il faut voir les révoltes dans les pays arabes).

Ceci fait écho à un film d’anticipation que j’avais vu : 8th Wonderland  (artistiquement les images ne sont pas géniales, mais l’intrigue et le fond de l’histoire posent bien une question sur la puissance de la toile.)

 

Il s’agit d’être citoyen, de réfléchir comment doit évoluer internet, faire attention aux lois liberticides, rappelons que dans certains pays, des blogueurs (pendant les révoltes arabes) ont été emprisonnés ou tués pour s’être exprimés sur internet…

Edit de dernière minute :

wonderland 8th existe réellement, et le groupe de personnes agit réellement. Il a été constitué après la diffusion du film.

http://blog.8thwonderland.com/

Une action pour les indignés le 5 novembre 2011 :

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook email
Licence Creative Commons

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code