Navadra un jeu pour les maths

Il n’est pas dans mon habitude de faire de la pub pour des entreprises privées… mais là, je vais faire une petite entorse. Et puis bon ‘ faut dire aussi que le projet est sur Eduscol.

J’ai été contacté par Michel Ferry, le créateur de Navadra avec ses 3 associés.

Après quelques mails pour convenir d’un rendez-vous téléphonique, on a pu échanger.

Navadra c’est quoi?

Le projet est laborieux, donner envie de faire des mathématiques à partir d’un jeu : Un Serious Game. Il a été créé en 2015 par Michel Ferry qui a été rejoint par ses associés l’année suivante.

 

Globalement, le graphisme est soigné, on joue un peu sous le principe de Diablo, on doit gagner de l’expérience suivant 4 types de magie, air, feu, eau et terre, ces éléments correspondent aux domaines de connaissances des mathématiques.

L’inscription est gratuite, on s’y inscrit facilement.

Bon côté approche pédagogique :

  • On apprend en faisant, la partie théorie est squeezée, mais dans un sens cela force l’élève à se dire à un moment et bien qu’il ne sait pas et qu’il doit trouver la connaissance.
  • Il récompense facilement, l’algorithme adapte le niveau de l’élève suivant 5 maîtrises en fonction du nombre de bonnes réponses et la rapidité.
  • La difficulté étant ni trop forte ni trop faible, l’élève peut progresser.
  • Au début du jeu, l’algorithme laisse plus facilement gagner l’élève pour lui donner envie de continuer, la difficulté réelle ne vient que le jour d’après. Une super idée j’ai pensé quand il a dit ça ! 🙂

 

 

Le fonctionnement :

On possède un héros qui doit se battre contre des monstres, et qui peut pour être plus fort progresser en s’entraînant.

La progression du personnage s’évalue tout simplement par le nombre de sorts et leur puissance, cependant elle ne reflète pas le niveau mathématique. Les deux systèmes de progression étant indépendant, c’est un petit bémol pour moi, mais je conviens que la programmation à faire derrière doit être très difficile.

Le contenu :

Les questions posées restent relativement simples, on est axé sur des réponses courtes. Ce qui est normal au vu du type de jeu où la rapidité est de mise. Donc pour l’instant pas de tâches complexes, face à mon étonnement Michel m’a indiqué qu’il projetait d’en mettre, sous forme de quête où le temps donné serait plus long. A voir donc dans l’avenir.

L’ensemble des exercices proposés ne seront que de manière textuelle, pas de vidéo non plus. Ça n’est pas dans les projets également, mais dans un sens, on ne peut pas multiplier les chantiers.

La coopération :

Un vrai plus dans ce jeu, on peut tuer des montres à plusieurs, de quoi développer aussi l’esprit d’équipe. On peut en théorie jouer avec des personnages de la classe (car on peut créer des comptes pour la classe) cependant le professeur ne peut pas imposer un filtre pour l’instant pour que les élèves ne travaillent qu’ensemble.

Côté licence :

Tout est privé, ça me chagrine un peu sur ce point, j’aurais aimé que le contenu connaissance au minimum soit en creatives commons By NC. Surtout que dans un avenir proche, les professeurs pourront créer leurs questions, je crois que ce serait important, j’en ai en tout cas parlé à Michel.

Côté données :

Elles sont hébergées en France et une déclaration à la CNIL a été faite. Ça, c’est rassurant!

 

En somme le jeu est très prometteur, beaucoup de chemin a été parcouru et il en reste encore beaucoup.

Faites vous en une idée, inscrivez-vous!

Michel et ses associés ont dépensé pas loin de 25 000 d’investissements et lance une campagne de crownfunding.

Bref, je souhaite vraiment bon courage à l’équipe et j’espère qu’ils réussiront!

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

4 commentaires

    1. Bah dans le sens où il y a une progression dans les sortilèges (côté magicien) après il n’y a pas de déplacement dans un donjon, ni d’interaction concrète avec des montres effectivement. J’aurais plus dû parler de pokemon ou autre approchant. Mais j’ai bien écrit « un peu »! 😉

    1. Aie! Navré! 🙂
      Parle d’autres choses, genre que Sinus en maths vient bien du mot sinus le nez, et que c’est dû à une erreur de traduction et pfi paf pouf tu sauves ton honneur, même si tu passes du coq à l’âne ^^ .
      Restons matheux!

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *