12 octobre 2017

Problème DUDU et le paradoxe des anniversaires….

Par

Youp! voilà une vidéo qui intéressera sûrement les collègues de lycée, une manière d’amener le paradoxe des anniversaires, bon, de suite, je dis que c’est pas le plus utile pour l’amener, autant le faire directement avec sa classe. Mais j’aime l’idée également qu’on ait deux exemples : « Si ça marche pour eux, ça marche pour nous aussi si on est moins/plus nombreux? ». La vidéo reste, ici, juste une petite accroche efficace.

Il y avait une autre version, où on demandait les dates de naissance, mais c’était trop long, inexploitable, on s’ennuyait…

Bref, j’espère que, telle quelle, elle vous plaira! 🙂

Pour les élèves de Terminale S seulement.

Ah oui, bientôt, je vais présenter un boulot d’un collègue qui me dit que la licence CC, ça a du bon :  le partage, l’échange, l’entraide … C’est pour tout bientôt, patience!

Télécharger

Télécharger (flv)

Les autres épisodes sont disponibles ici

Code pour intégrer la vidéo à vos articles :<iframe allowfullscreen="true" style="border:none;width:480px;height:480px" src="https://mathix.org/video/problemes_ouverts/integrateur/index.php?url=http://mathix.org/video/problemes_ouverts/PB_DUDU/PBDUDU6-anniv.mp4" />

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

3 octobre 2017

Une calculatrice libre, c’est possible?

Par

Salut à tous! En cette rentrée, je suis tombé sur twitter sur une annonce d’une calculatrice libre pour lequel on peut en commander une seulement si on est professeur et s’il en reste dans leur stock (ceux-ci étant limité). Je reçois un mail de remerciement pour l’intérêt que je porte au projet, on me demande l’adresse mail professionnelle et dès le lendemain, je trouve avec plaisir une calculatrice dans mon casier! Outch, c’est rapide!

Bref, j’ai donc découvert la calculatrice en la manipulant un peu.

Je précise que ce n’est pas un article sponsorisé. Je trouve juste cette initiative super bien et si mon blog peut aider…

I. La calculatrice

D’abord le but de cette calculatrice c’est de répondre au besoin du lycée (et du collège).

En première impression, elle est très légère et plutôt fine. Le design est épuré, bref, je suis plutôt fan.

A l’allumage, on se retrouve avec un menu un peu du type casio mais en couleur. Le jaune domine pour faire un rappel du design de la calculatrice, on retrouve : le calcul, les fonctions, les suites, les statistiques, les probabilités, les régressions et la programmation python (il faut mettre la calculatrice à jour pour cette dernière entrée).

 

La calculatrice gère les nombres complexes des deux formes d’ailleurs. (a+ib et re^i \times \theta ).

Le gros défaut pour cette entrée, c’est l’impossibilité de faire du calcul fractionnaire, mais j’y reviendrai.

Pour les fonctions le graphique est aisé à tracer, et est plutôt rapide. Le passage vers le tableau de valeurs est très rapide également.

Pour les suites, on a la choix en formule explicite ou par récurrence d’ordre 1 ou 2 avec le tracé de la suite.

Pour les statistiques, on retrouve la possibilité de remplir un tableau d’effectif, l’histogramme peut être tracé ainsi qu’un diagramme en boîte qui nous offre aussi la médiane et les quartiles et les extremums. Simple et rapide.

Pour les probabilités, on retrouve les fonctions binomiale, uniforme, exponentielle, normale et poisson.

On a aussi la possibilité de faire des droites de régression en partant d’un nuage de points.

Une version web de la calculatrice est utilisable.

 

II. Un avis

Bref, elle remplit efficacement les usages du lycée et collège si ce n’est plusieurs petits points gênants :

  • Le calcul fractionnaire non implémenté. Impossible de faire 2/3 + 2/3, la calculatrice rend 1,3333333
  • La notation E pour   {} \times 10^x , pas forcément adapté pour le collège
  • La mise à jour ne fonctionne pas sous linux… seulement windows et Mac.
  • Une interface ordi calculatrice pour télécharger les algorithmes python qui n’existe pas encore.

 

Mais ce qui pourrait être un défaut présentement n’en est pas un à mes yeux. Le développement pour résoudre cela est en cours, d’ailleurs l’implémentation de la calculatrice est open-source! Des commits (propositions de morceaux de codes pour améliorer le projet) sont faits par des utilisateurs pour améliorer la calculatrice (par exemple des correctifs, des ajouts de fonctionnalités comme des thèmes etc…). L’équipe officielle, elle, bosse justement sur l’implémentation du calcul fractionnaire, cela devrait arriver dans les mois qui viennent. Mais on n’a pu me donner une date précise, juste la confirmation que l’équipe bosse dessus.

C’est là, je pense la force  du projet, une calculatrice qui se met à jour et qui ne devient pas désuète.

Pour preuve, quand on obtient la calculatrice, on n’a pas accès à la fonction d’algorithmie : Python, après la mise à jour, on la retrouve (encore en version béta, mais cela permet de s’y frotter un peu)

EDIT du 06/20/2017 (un merci à Bernard Parisse pour sa relecture de la licence)  : Bon niveau licence libre, on ne s’y retrouve que partiellement. On n’a le droit de modifier le code que pour son propre usage, mais nous n’avons pas le droit de partager nos propres modifications si elles ne sont pas acceptées par Numworks, ce qui n’est pas super libre vous en conviendrez. Je n’ai pas compris pourquoi ils n’ont pas laissé la possibilité de créer un fork du projet de Numworks à l’instar de Firefox pour Mozilla Corps. (Debian il fût un temps proposait sa propre version de Firefox sous le nom de Iceweasel.) Je m’en vais demander des renseignements sur ce point.

Voilà aussi qu’un autre lecteur, Adrien Bertrand ,semble apporter un éclaircissement sur ce point où en fait une certaine tolérance aurait lieu sur ces partages de commits qui existent déjà. Sur GitHub pour apporter une modification il faut forker le projet ce qui rentre en contradiction avec la licence de fait.

J’attends une réponse de numworks sur ce point (j’ai envoyé un mail).

Edit 2 : Numworks m’a répondu et confirme qu’ils exercent une certaine tolérance sur les copies set sont en réflexion pour assouplir la licence qu’ils estiment eux aussi trop restrictive.

C’est un projet à suivre de très près.

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons

30 septembre 2017

Des cours numériques version 2

Par

Coucou à tous!

Voilà une évolution de mon projet de livret de cours numériques.

On peut presque dire que c’est la version 2, même si j’aurai préféré finir une fonctionnalité que je n’arrive pas à mettre en place : la génération de pdf  par chapitre et  aussi complet, afin de ne pas chaque fois mettre à jour à la fois mes cours numériques et les livrets…

Alors première nouveauté est la refonte du style, web-responsive, utilisable avec les tablettes, plus fluide, plus joli (enfin c’est une question de goût).

J’ai ajouté 3 fonctionnalités :

  • La possibilité de cacher les anciennes notions (celle vues dans les années passées)
  • La possibilité d’imprimer le cours (les vidéos sont automatiquement effacées)
  • La possibilité d’afficher les objectifs relatifs au programme

Et aussi diverses corrections de bugs également.

Quelques captures d’écrans :

Cacher les anciennes notions

La possibilité d’afficher les objectifs relatifs au programme

Les balises pour écrire le cours :

  • Entre deux balises ::ancien:: on met le contenu qui sont des rappels des années antérieures.
  • Entre deux balises :obj:  on indique les objectifs du programme.
  • Les parties écrites « I. » « II. » sont automatiquement reconnue.
  • Les balises :exemple: :def: :prop: :rem: permettent de créer des cadres Exemple, Définition, Propriété, Remarque.
  • Les formules latex entre $ permettent d’écrire des formules de maths
  • :video: suivi de l’URL vers la vidéo où l’on a enlevé l’extension. Permet de générer un lecteur vidéo vers votre vidéo en mp4 et webm. (Il faut donc que la vidéo existe dans ces deux formats)
  • :videoexemple: suivi de l’URL vers la vidéo où l’on a enlevé l’extension. Permet de générer un lecteur vidéo vers votre vidéo en mp4 et webm. Cette vidéo est intégrée dans un cadre exemple.

 

Pour les vidéos, en gros il faut mettre l’url : http://site.com/vers/ma/video   pour que le lecteur accède aux deux vidéos http://site.com/vers/ma/video.mp4 et http://site.com/vers/ma/video.webm

Les cours sont sous cette forme :

 

Voilà, je vous laisse à disposition le programme avec le cours etc!

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus email
Licence Creative Commons